Disparition de 43 étudiants au Mexique: identification de restes d’une 3e victime

1 min 1Temps de lecture approximatif

Les restes d’un troisième étudiant faisant partie d’un groupe de 43 disparus en 2014 dans le sud du Mexique, ont été identifiés, a annoncé mardi une organisation de défense des droits humains qui représente les familles.

Les restes de Jhosivani Guerrero ont été identifiés par l’Université d’Innsbruck en Autriche à partir de restes osseux découverts dans la commune de Cocula, dans l’Etat de Guerrero, a indiqué à l’AFP une source au sein du Centre Prodh qui représente les proches des disparus.

Les restes de deux autres étudiants avaient déjà été identifiés par la même université.

Dans la nuit du 26 au 27 septembre 2014, plusieurs dizaines d’étudiants de l’école de formation des maîtres d’Ayotzinapa s’étaient rendus jusqu’à la ville proche d’Iguala (Etat de Guerrero) pour « réquisitionner » des autobus afin d’aller à Mexico, où ils souhaitaient participer à une manifestation.

Arrêtés par la police, 43 jeunes ont ensuite disparu et n’ont jamais été retrouvés. Les autorités avaient jusqu’ici accusé un cartel de narcotrafiquants qui auraient pris les étudiants pour des membres d’un gang concurrent et les auraient fait abattre par des hommes armés.

Cette version officielle, présentée en janvier 2015 par le gouvernement du président de l’époque, le conservateur Enrique Peña Nieto (2012-2018), avait été rejetée par les proches des étudiants et des experts indépendants de la Commission inter-américaine des droits de l’homme (CIDH).

L’actuel président de gauche Andrés Manuel Lopez Obrador a créé une Commission de Vérité et ordonné l’ouverture d’une nouvelle enquête qui devait « repartir de zéro ».