LE REPRESENTANT DU RWANDA ESPERE INFLUENCER LE TPIR

Arusha, 15 octobre 99 (FH) - L'envoyé spécial du gouvernement rwandais auprès du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), Martin Ngoga, espère "exercer une influence sur le tribunal en vue d'améliorer ses performances dans le cadre de ses paramètres", a-t-il indiqué.

Dans un point de presse organisé jeudi soir à Arusha à l'occasion de sa visite préliminaire de trois jours auprès du TPIR , le délégué rwandais a affirmé que son gouvernement avait "réalisé qu'il était maintenu à distance" vis à vis du TPIR.

1 min 45Temps de lecture approximatif

"Il y a eu une sorte de lacune entre le Tribunal et le gouvernement rwandais alors que le Tribunal est là pour apporter la justice au Rwanda", a dit Martin Ngoga. "Cette lacune a occasionné un manque d'informations de part et d'autre, et ma nomination vise essentiellement à combler ce vide", a-t-il ajouté.

Le délégué rwandais, qui a expliqué que sa première visite avait pour objectif de se familiariser avec la structure du TPIR, a rencontré le greffier nigérian Agwu Ukiwe Okali , le vice-président du Tribunal, le juge norvégien Eric Mose, et d'autres responsables du TPIR.

"J'ai trouvé le personnel du TPIR très coopératif ", a indiqué Martin Ngoga aux journalistes. Le représentant du Rwanda a signalé qu'au départ, "les relations entre le gouvernement rwandais et le TPIR avaient été mauvaises " mais que les critiques de Kigali étaient fondées sur les performances "décourageantes" du Tribunal, selon lui.

"Mais le Tribunal a accompli des progrès remarquables, et c'est là une des raisons à l'origine de ma nomination", a poursuivi Martin Ngoga. "Nous pensons toujours qu'il y a des domaines à améliorer et qu'ils peuvent être mieux améliorés si nous travaillons côte - à - côte; et ainsi nous avons décidé de rejoindre le Tribunal et d'opérer à partir de l'intérieur ", a poursuivi M Ngoga. Le délégué rwandais a estimé qu'il était "trop tôt" pour pointer du doigt ces domaines à améliorer.

M. Ngoga a par ailleurs souligné que son rôle sera à la fois technique et politique. "En tant que juriste, je pourrai conseiller mon gouvernement au sujet du Tribunal, mais aussi j'aurai un rôle plus diplomatique : celui de promouvoir une meilleure compréhension" a-t-il précisé.

"Nous n'allons pas assumer le rôle des juges", a insisté Martin Ngoga. "Quand nous verrons l'opportunité d'intervenir, nous le ferons sans nous ingérer dans les procédures du Tribunal"

Martin Ngoga a quitté Arusha vendredi, promettant de revenir avant la fin du mois d'octobre pour s'installer.

Ancien procureur à Butare (sud du Rwanda), Martin Ngoga a été nommé représentant du Rwanda auprès du TPIR le 30 septembre dernier au cours d'un conseil des ministres.

CR/AT/PHD/FH (RW§1015A )