26.06.07 - RWANDA/TPIR - IBUKA DEMANDE AU TPIR DE NE PAS TRANSFERER D'ACCUSE EN FRANCE

Arusha, 26 juin 2007 (FH) - Theodore Simburudali, le président du collectif rwandais Ibuka, regroupant plusieurs associations de survivants du génocide de 1994 a demandé au Tribunal pénal international (TPIR) de ne pas transférer des accusés vers la France, qu'il accuse d’avoir joué un rôle dans le génocide de 1994.
1 min 45Temps de lecture approximatif

Le procureur en chef du TPIR, Hassan Bubacar Jallow envisage, si les juges du tribunal des Nations Unies l’autorisent, de transférer devant la justice française, l’ex-préfet Laurent Bucyibaruta et l’abbé Wenceslas Munyeshyaka exilés en France. «Nous avons protesté énergiquement parce que la France ne s’est pas montrée neutre » dans le conflit au Rwanda, a déclaré le président d’Ibuka, lors d’une conférence de presse au siège du TPIR, à Arusha, en Tanzanie. Pour lui, les accusés résidant en France doivent être transférés au TPIR ou « extradés vers le Rwanda ». « Nous ne sommes pas prêts à collaborer avec la justice française », a indiqué Simburudali au terme d’une visite de deux jours au tribunal. Sa visite, en compagnie de la présidente de l’Association des veuves du génocide (AVEGA), Bellancilla Umukobwa, visait par ailleurs à interpeller les responsables du TPIR sur la question de l’indemnisation des victimes du génocide et celle de la conservation au Rwanda des archives du tribunal. « La justice ici est rendue dans un seul sens », a-t-il expliqué, soulignant que l’indemnisation est « un problème de droit, un problème de justice ». « Nous demandons avec force que ce tribunal ne ferme pas les portes en décembre 2008 avant qu’une solution n’ait été trouvée à ce problème », a-t-il martelé. Il a par ailleurs appelé le TPIR à remettre ses archives à Ibuka à la fermeture. « Nous sommes légitimement les premiers gardiens de ces archives », a-t-il plaidé. Les deux représentants de rescapés se sont arrétés à Arusha, en provenance de New York où à l'occasion de l'assemblée générale des nations Unies ils ont exposé « les doléances » des rescapés au secrétariat général. ER/PB/GF © Agence Hirondelle