01.07.07 – TPIR/JUGES – LA STRATEGIE DE FIN DE MANDAT CONFRONTEE A DES DEFIS, SELON LE PRESIDENT

Arusha, 01 juillet 2007 (FH) - Le nouveau président du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), Dennis Byron, a reconnu mercredi dans un point de presse que la « stratégie de fin de mandat » de cette juridiction qui doit terminer l’année prochaine les procès en première instance est confrontée à des défis.

1 min 39Temps de lecture approximatif

Originaire de la fédération de Saint-Christophe-et-Niévès, le juge Byron se trouve à la tête du TPIR depuis un mois. Dans sa première rencontre avec la presse, le nouveau président a mentionné trois grands défis : la question des 18 accusés en fuite, le procès des trois dirigeants de l’ex- parti présidentiel rwandais qui traîne en longueur, et le risque pour le TPIR de voir partir un personnel compétent et expérimenté. Le juge Byron a rappelé que le premier défi échappe au contrôle du tribunal qui ne peut compter que sur la coopération des Etats. Parmi les accusés encore recherchés figure l’argentier présumé du génocide, l’homme d’affaires Félicien Kabuga, qui continue de circuler librement au Kenya, selon le bureau du procureur. Le président du TPIR a ensuite reconnu que la présentation des éléments de preuve pourrait ne pas être terminée à la fin de l’année 2008 dans le procès des trois anciens leaders du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND), un procès à « l’histoire complexe et mouvementée ». Le Conseil de sécurité des Nations Unies a demandé au TPIR de terminer l’année prochaine les procès en première instance et, en 2010, les procès en appel. Les responsables du TPIR se sont engagés à respecter ces délais. Depuis le début des procès en 1997, ce tribunal basé à Arusha, en Tanzanie, a prononcé 28 condamnations et 5 acquittements. Deux procès impliquant un total de 5 accusés sont en phase de délibération tandis que 10 procès concernant 23 accusés sont en cours. ER/AT/GF© Agence Hirondelle