UNE FILLE DE L’EX-PRESIDENT HABYARIMANA SERA INDEMNISEE EN FRANCE

  Arusha, 23 août 2007 (FH - FRANCE/RWANDA) -  La France, par le biais du fonds d'indemnisation des victimes d'actes de terrorisme, va accorder une indemnisation à Marie Merci Habyarimana, l'une des filles de l'ex-président rwandais dont l'avion avait été abattu par deux missiles le 6 avril 1994 alors qu'il atterrissait à Kigali, a rapporté mercredi l’agence de presse francaise AFP depuis Paris.
1 min 39Temps de lecture approximatif

  Mlle Habyarimana, qui a la nationalité francaise a déja recu 20.000 euros (27 000 USD) du fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI) qui a pris sa décison le 20 juillet après avoir été saisi onze jours auparavant. Le FGTI se prononcera, d'ici quelques semaines, sur le montant total à lui accorder, poursuit l’AFP. Mlle Habyarimana demande une indemnité de 75.000 euros  (100.000 USD) pour son "préjudice moral" et réclame également 200.000 euros (270000 USD) au titre de son "préjudice matériel", aprés avoir dû quitter "précipitamment" son pays. . L’attentat contre l'avion du président Juvénal Habyarimana avait servi de détonateur au génocide de 1994 qui a fait, selon Kigali, près d’un million de tués, essentiellement parmi la communauté tutsie. L'enquête ouverte en France sur cet attentat a abouti à la mise en examen de neuf proches du président Paul Kagame actuellement au pouvoir, et à une demande de déferer le chef de l'état rwandais devant un tribunal international. A la suite de ces décisions le gouvernement rwandais qui a toujours nié ces allégations, a rompu ses relations diplomatiques avec la France.   Les autres enfants de l'ancien président, n'ayant pas la nationalité française, n'ont pu faire cette démarche. La jeune femme, agée de 28 ans aujourd’hui,se trouvait dans la résidence présidentielle à Kigali lorsqu’elle a vu s'écraser, dans le jardin, l'avion transportant son père.   Par ailleurs, ajoute l'AFP, les membres de la famille Habyarimana ont demandé le 30 juillet par l'intermédiaire de leurs avocats à être reçus par le nouveau président français, Nicolas Sarkozy.   ER/PB/GF   © Agence Hirondelle