LA CHAMBRE D’APPEL LIMITE LE NOMBRE DE TEMOINS DE KANYABASHI

 Arusha, 28 Août 2007 (FH -TPIR/BUTARE) -  La chambre d’appel a confirmé la décision de la chambre de limiter le nombre de témoins pour la défense de Joseph Kanyabashi, l’ex-maire de Ngoma (préfecture de Butare) actuellement jugé devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) 
1 min 21Temps de lecture approximatif

  Cette décision inhabituelle a surpris les rangs de la défense dans ce procès dit « de Butare » ou comparaissent six responsables de la région, une ministre, son fils, deux préfets et deux maires dont Kanyabashi. Celui-ci, qui a commencé à présenter sa défense il y a une semaine, est l’avant dernier accusé à le faire.   Le nombre de témoin a été limité à 30. Son avocat Me Michel Marchand (Canada) avait demandé à présenter 60 témoins. Selon lui le nombre d’incriminations qui visent Kanyabashi justifie ce nombre de témoins. Le procureur a pour sa part présenté 59 témoins.   Parmi les accusés qui ont déjà défendu leurs causes, Pauline Nyiramashhuko ex ministre de la famille, a présenté 26 témoins, son fils, Shalom Ntahobali, 25, Sylvain Nsabimana, 12 et Alphonse Nteziryayo, 24. La cour qui cherche à clore les débats début 2008 a argué de témoignages répétitifs alors que le défenseur de Kanyabashi estime qu’au contraire le cas de son client est totalement différent de celui des principaux responsables.   Le procès de Butare a commencé il y a plus de six ans. La présentation des preuves du procureur a duré trois ans et demi. Les défenseurs présentent leurs preuves depuis le 31 janvier 2005. La plupart des accusés sont détenus depuis plus de 10 ans.   PB/AT/GF   © Agence Hirondelle