UN JUGE GACACA AFFIRME AVOIR ETE SOUDOYE PAR UN DEPUTE

   Arusha, 31 août 2007 (FH - RWANDA/GACACA) - Un juge d’un tribunal semi- traditionnel gacaca du sud du Rwanda reconnaît avoir reçu 2,5 millions de francs rwandais (environ 4.545 dollars) en échange de l’acquittement, il y a deux mois, d’un député accusé de génocide, Elisée Bisengimana, a rapporté vendredi le quotidien pro-gouvernemental rwandais, le New Times. 
1 min 33Temps de lecture approximatif

« J’ai reçu 2,5 millions de francs du député Bisengimana pour le blanchir », avoue le juge Faustin Mbonigaba, du tribunal gacaca de Gihundwe, dans le district de Rusizi, selon le New Times.   Le juge affirme avoir utilisé l’argent pour suborner certains témoins et que l’élu devait encore lui verser 3 millions de francs rwandais.   Mbonigaba a été dernièrement arrêté dans le cadre d’une autre affaire de corruption par un suspect de génocide.   Bisengimana, membre du parti au pouvoir, le Front patriotique rwandais (FPR) qu’il a intégré quelques années après le génocide de 1994, a été acquitté en juin dernier. Son affaire attend d’être jugée en appel, suite à un recours de survivants. Le parlementaire, qui enseignait dans une école secondaire pendant le génocide, a qualifié d’infondées les allégations du juge Mbonigaba, toujours selon le New Times. La Secrétaire exécutive du Service national des juridictions gacaca, Donatilla Mukantaganzwa, a déclaré avoir reçu, par le passé, des informations selon lesquelles des rescapés du génocide tenaient des réunions pour monter des accusations contre Bisengimana, ajoute le quotidien rwandais.   Inspirées des anciennes assemblées villageoises rwandaises lors desquelles « les sages » tranchaient des différends assis sur le gazon (gacaca, en langue rwandaise), les juridictions gacacas  (prononcer gatchatcha) sont chargées de juger la plupart des responsables présumés du génocide de 1994 qui a fait, selon Kigali, près d’un million de tués, essentiellement parmi la communauté tutsie.  ER/PB/GF   © Agence Hirondelle