13.09.07 - TPIR/FRANCE - LE TRANSFERT DE MUNYESHYEKA ET BUCYIBARUTA SERA EXAMINE LE 19 SEPTEMBRE

Paris, 13 septembre 2007 (FH) - La cour d'appel de Paris a renvoyé hier au mercredi 19 septembre l'examen sur le fond des demandes de remise au Tribunal pénal international (TPIR) de l'abbé Wenceslas Munyeshyaka et de l'ancien préfet Laurent Bucyibaruta, arrêtés la semaine dernière en France pour la seconde fois en moins de deux mois.

 

1 min 54Temps de lecture approximatif

Mercredi, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, présidée par Edith Boizette, s'est contentée de procéder à l'interrogatoire d'identité des deux hommes et leur a notifié le mandat d'arrêt, lancé le 13 août par le TPIR.

Fin juillet, les deux hommes avaient déjà fait l'objet d'une interpellation en France, où ils résident depuis de nombreuses années, à la demande du TPIR qui souhaitait leur maintien en détention dans l'attente d'une décision des juges de la juridiction internationale sur une transmission de leurs dossiers en France, qui a accepté de les juger. Le 1er août, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris avait ordonné leur remise en liberté.

"Vous étiez venu en juillet, vous revoici au mois de septembre", a déclaré la présidente de la cour au père Wenceslas Munyeshyaka. "Je suis innocent, toutes ces accusations sont purs mensonges", lui a-t-il déclaré.

Il a été arrêté le 5 septembre dans sa paroisse de Gisors (Eure) tandis que Laurent Bucyibaruta, ancien préfet de Gikongoro (sud), a été arrêté près de Troyes (Aube) où il réside.

Son avocat, Me Philippe Greciano, a qualifié ce nouveau mandat d'arrêt de "session de rattrapage". "La question est de savoir si la nouvelle copie n'est pas hors sujet", a-t-il ironisé. Son client s'est borné à constater "un acharnement démesuré" contre sa personne. "Comme si je constituais un danger, un frein, un obstacle aux intérêts de certains individus, sans doute puissants".

En France, les deux hommes ont été mis en examen à la suite de plaintes de rescapés du génocide rwandais. M. Wenceslas a été mis en examen en 1995 et M. Bucyibaruta en 2000 pour des crimes en relation avec le génocide. Tous deux ont été placés sous contrôle judiciaire, jusqu'ici respecté, après un placement en détention provisoire.

Prêtre catholique, Wenceslas Munyeshyaka est depuis 2001 prêtre des paroisses de Gisors et de la Vallée de l'Epte. Laurent Bucyibaruta, ancien préfet de Gikongoro (sud), réside dans l'Aube.

PAS/PB/GF
© Agence Hirondelle