13.09.07 - TPIR/RUKUNDO - L’ABBE RUKUNDO ETAIT UN « ENVOYE DE DIEU », SELON UN TEMOIN

Arusha, 13 septembre 2007 (FH) - L’abbé Emmanuel Rukundo, accusé devant le Tribunal Pénal international pour le Rwanda (TPIR) d’avoir participé au génocide de 1994, a été un « envoyé de Dieu » en empêchant un massacre au centre communal de Nyabikenke, a affirmé un autre prêtre venu le défendre.
1 min 55Temps de lecture approximatif

Le père André Lerusse, un religieux belge, qui officie actuellement en Centrafrique, a expliqué mercredi et jeudi au tribunal qu’il était lors du génocide dans cette petite commune du centre du Rwanda quand le 15 avril 1994 plusieurs centaines de personnes ont tenté de massacrer environ 500 tutsis qui s’étaient réfugiés dans le bureau communal.

« Deux jeeps sont arrivées, qui allaient de Gitarama vers Ruhengeri, Rukundo (alors aumônier militaire) est descendu en uniforme nous avons échangé quelques mots les assaillants ont reculé puis il leur a parlé» a-t-il expliqué. Cette diversion, selon lui, a suffi pour faire sortir les gens du bâtiment, j’ai ainsi pu partir avec les gens menacés ».

« Alors que les assaillants attendaient depuis des heures et qu’ils se préparaient à nous tuer ils nous ont laissé passer comme une procession (…) j’y vois la présence de Dieu » a-t-il dit se rappelant qu’il était trempé « comme s’il était tombé dans une rivière » après avoir suivi les fugitifs jusqu’à la sortie du village et ralenti les assaillants sur un pont afin que les réfugiés puissent s’enfuir.

« Emmanuel a été un envoyé de Dieu pour nous sauver. Pour moi, c’est vraiment providentiel », a raconté le témoin soulignant que l’accusé avait réussi à calmer les assaillants, permettant, de la sorte, aux réfugiés tutsis de prendre la fuite.

Il a par ailleurs affirmé que l’abbé Rukundo n’était pas intéressé par l’aumônerie militaire mais qu’il avait accepté cette charge simplement par obéissance à son évêque. Le père Larusse qui était arrivé au Rwanda en 1971 en a été expulsé en 1998 pour avoir, selon lui, dénoncé des exactions de la nouvelle armée rwandaise.

Le religieux semble être le 17ème témoin de la défense sur une liste d'une trentaine environ. La défense présente ses arguments depuis juilet dernier alors que le procès du père Rukundo a débuté le 15 novembre 2006.

PB/ER/GF
© Agence Hirondelle