01.10.07 - RWANDA/GACACA - UNE ANCIENNE INFIRMIERE CONDAMNEE A 30 ANS DE PRISON

Arusha, 1er octobre 2007 (FH) – Scholastique Mukabandora, ancienne infirmière à l’Hôpital universitaire de Butare, dans le sud du Rwanda, a été condamnée le 26 septembre à 30 ans de prison après avoir perdu son appel devant une juridiction semi-traditionnelle gacaca, apprend-on lundi de source associative locale. 
1 min 20Temps de lecture approximatif

Elle était accusée d’avoir joué un rôle dans la préparation des massacres de Tutsis, d’avoir arraché les perfusions de malades tutsis et tué un nouveau- né, rapporte la Ligue des droits de la personne dans la région des Grands lacs (LDGL), un collectif régional basé à Kigali. L’organisation ne précise cependant si elle a été reconnue coupable de toutes ces infractions.

L’infirmière avait fait valoir dans sa défense que les massacres à l’hôpital universitaire s’étaient déroulés pendant la nuit et qu’elle ne travaillait que la journée pendant la période du génocide, selon la LDGL.

Mme Mukabandora a été arrêtée le 28 septembre 1998 et a été incarcérée, depuis, à la prison centrale de Karubanda, à Butare, toujours selon la LDGL. Condamnée au premier degré en juillet 2006, elle avait fait appel.

Inspirées des anciennes assemblées villageoises lors desquelles les sages, assis sur le gazon (gacaca, en langue rwandaise), réglaient des différends, les juridictions gacacas (prononcer gatchatcha) sont chargées de juger la plupart des responsables présumés du génocide de 1994.

Elles ne sont pas animées par des magistrats professionnels mais par des personnes élues parmi la communauté sur la base du seul critère d’intégrité. Les gacacas peuvent prononcer jusqu’à la prison à vie.

ER/PB/GF

© Agence Hirondelle