08.10.07 - TPIR/TRANSFERTS - DETENUS EN GREVE DE LA FAIM POUR DENONCER LES TRANSFERTS VERS LE RWANDA

  Arusha, 8 octobre 2007 (FH) - La plupart des détenus du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) ont entamé lundi une grève de la faim illimitée pour protester contre des demandes de transferts de certaines affaires vers Kigali.  
2 min 44Temps de lecture approximatif

Ce mouvement a été confirmé de source officielle. Selon l'annonce faite par les prisonniers et transmise à la presse, 40 des 55 prisonniers se sont engagés dans ce mouvement.   Le 7 septembre dernier, le procureur du TPIR a requis que trois des six détenus en attente de jugement soient transférés devant la justice rwandaise en perspective de la fin du mandat du TPIR en décembre 2008. La requête est encore sous examen.   Dans une lettre datée du 5 octobre et signée par 40 sur les 55 personnes actuellement détenues à Arusha, les intéressés demandent au président et aux juges de cette juridiction de l’ONU « de confirmer l’indépendance du TPIR » en refusant tout transfert vers le Rwanda.   Ils demandent plutôt aux présidents de chambres «de se concerter afin de programmer sans plus tarder les audiences pour les six détenus encore en attente de procès ».   Les signataires suggèrent que, au cas où le TPIR ne serait pas en mesure de les juger, son président saisisse « en temps opportun le Conseil de Sécurité pour prolonger le mandat de ce tribunal en conséquence ou de transférer des procès non terminés vers des juridictions autres que celles du Rwanda ».   Les détenus allèguent que les requêtes du procureur «ne s’inscrivent ni plus ni moins  que dans l’entente tripartite entre les USA, la Grande Bretagne et les dirigeants du FPR au pouvoir à Kigali visant à mettre rapidement fin au mandat du TPIR afin de soustraire les membres de ce front des poursuites pénales pour les crimes qu’ils ont commis au Rwanda durant la période de compétence de ce Tribunal ».   Les détenus reprochent souvent au TPIR de pratiquer une « justice des vainqueurs ».   Cette allégation a été répétée par le président de l’Association des avocats de la défense exerçant auprès du TPIR (ADAD), le professeur américain Peter Erlinder, qui a tenu une conférence de presse lundi.   Les avocats des trois détenus menacés de transferts vers le Rwanda avaient sollicité l’appui de l’ADAD dans leur opposition aux transferts vers le Rwanda.   L’ADAD a tenu une assemblée générale le week-end au cours de laquelle elle a décidé de s’adresser aux juges en tant que «ami de la cour » lors du débat attendu sur les transferts.   Parmi les détenus qui n’ont pas paraphé la lettre figure, pour la première fois dans l’histoire du TPIR, le colonel Théoneste Bagosora, ancien directeur de cabinet au ministère de la défense. Il n’a pas été possible d’établir ce qui l’y a motivé. Généralement, seuls les détenus ou prisonniers qui coopèrent avec le procureur s’abstiennent de signer des lettres de doléances mais aujourd’hui se sont ajoutés quelques accusés dont les procès sont en cours.   Un avocat de la défense a déclaré lundi après-midi avoir été informé par son client que les grévistes avaient seulement bu de l’eau ou du jus de fruit.   AT/PB/GF   © Agence Hirondelle