23.10.07 - TPIR/ACCUSATION - LE TPIR SOUHAITE UN RENFORCEMENT DE SA COOPERATION AVEC LA MONUC

   Arusha, 23 octobre 2007 (FH) - Les responsables du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), en recevant mardi une délégation de diplomates occidentaux en poste à Kigali, ont appelé au renforcement de leur coopération avec la  Mission des Nations Unies (MONUC)  en République démocratique du Congo (RDC) et avec le gouvernement de Kinshasa en vue de l’arrestation d’accusés.
1 min 49Temps de lecture approximatif

  Cet appel a été lancé lors d’une réunion au siège du tribunal à Arusha, en Tanzanie, avec des diplomates représentant à Kigali le Royaume Uni, la Belgique, les Pays Bas, l’Allemagne, la Suède et l’Union européenne. Cette délégation, après avoir assisté à une audience, a tenu une réunion avec les responsables du TPIR avant d'aller visiter dans l'après- midi le centre de détention des Nations unies.   Selon le porte-parole du tribunal, Roland Amoussouga, les discussions entre les responsables du TPIR et les diplomates ont notamment porté sur « le renforcement de la coopération entre la MONUC, le TPIR et la RDC pour faciliter l’exécution du mandat du TPIR ». « Nous avons des personnes recherchées et qui sont suspectées de se trouver en RDC », a-t-il expliqué.   Le procureur en chef du TPIR, Hassan Bubacar Jallow, a déclaré le 18 juin dernier devant le Conseil de sécurité, que la plupart des accusés encore en fuite se cacheraient en RDC. « Je crois qu’une vision élargie du mandat de la MONUC faciliterait la collaboration entre cette mission (la MONUC), la RDC et le TPIR et nous permettrait d’atteindre de bons résultats », avait- il alors proposé.   Toujours en vue de la traque d’accusés en fuite, le TPIR entend « solliciter l’appui diplomatique des Etats membres du Commonwealth lors de leur sommet prévu le mois prochain à Kampala », a affirmé Amoussouga. Ce point avait été discuté avec le Secrétaire général de cette communauté, Don McKinnon, lors de sa dernière visite au TPIR début juin.   Selon le tribunal, l’accusé le plus recherché, l’homme d’affaires Félicien Kabuga, présumé financier du génocide, circule librement au Kenya, un pays membre du Commonwealth. En tout, 14 inculpés sont encore recherchés par le TPIR.   ER/PB/GF   © Agence Hirondelle