14.11.07 - TPIR/KAREMERA - LA MARSEILLAISE COMPAREE A UN CHANT DE GUERRE INTERAHAMWE

Arusha, 14 novembre 2007 (FH) – Attaquée par un témoin du procureur sur un chant guerrier utilisé par les milices Interahamwe lors du génocide rwandais, la défense d’Edouard Karemera a répliqué en citant les paroles de la Marseillaise, l’hymne national francais, dont le ton n’a rien à envier à celui employé à l'époque par les miliciens hutus.
1 min 7Temps de lecture approximatif

L’avocat de Karemera, l’américain Peter Robinson a lu en audience les dernières strophes de la Marseillaise traduites maladroitement par des traducteurs peu habitués aux vers troupiers de Claude-Joseph Rouget de Lisle.

Selon le témoin, surnommé AWD pour préserver sa sécurité, cette chanson appelée "Tubatsembatsembe » (tuez tous les tutsis) aurait été écrite par des membres de la troupe folklorique de Simon Bikindi. Les défenseurs de ce dernier, qui est actuellement en cours de jugement dans un autre procès du TPIR, nient formellement toute paternité.

Le procureur, Iain Morley, ancien officier britannique, coiffé de sa perruque, a vainement tenté d’interrompre cette comparaison évoquant de « possibles répercussions à l’extérieur de la salle d’audience». AWD pour sa part, a accusé l’avocat de « profaner l’hymne national francais ».

La chambre, présidée par le juge Dennis Byron, également président du tribunal, qui siège dans cette affaire depuis deux ans et entend toujours les arguments de l’accusation, est restée imperturbable.

PB/ER/GF
© Agence Hirondelle