30.11.07 - TPIR/ZIGIRANYIRAZO - UN TEMOIN DU TPIR SE VOIT REFUSER DES MESURES DE PROTECTION

Arusha, 30 novembre 2007 (FH) – Un témoin présenté par la défense de Protais Zigiranyirazo a été écarté par la chambre car il demandait à comparaître sous anonymat et souhaitait que des mesures de protection soient prises à son égard, apprend-on vendredi de bonnes sources à Arusha.

 

1 min 44Temps de lecture approximatif

Surnommé CJP1, ce témoin serait un ancien conseiller du président rwandais Juvénal Habyarimana, en poste à ses cotés pendant 12 ans jusqu’en décembre 1993. Il devait être interrogé sur le fonctionnement de l’entourage présidentiel. Protais Zigiranyirazo était le beau-frère du président Habyarimana. Il est accusé notamment d’avoir planifié le génocide et plaide non coupable.

Venu d’Amérique du Nord, cet homme, évoquant des inquiétudes pour lui et sa famille, a souhaité que sa déposition se fasse sous anonymat et qu’il soit préservé de la vue du public. Le procureur s’y est opposé et la chambre lui a donné raison. Devant cette décision, CJP1 a refusé d’aller plus loin et est reparti jeudi soir.

« C’était un témoin essentiel » a regretté M. John Philpot, l’avocat de Zigiranyirazo, qui a confirmé cet incident. Alors que la présentation des preuves à décharge est sur le point de s’achever, il avait été sollicité par l’avocat pour prouver que les règles administratives étaient respectées à la présidence de la République rwandaise avant le génocide.

A part les témoins- experts, la grande majorité, plus de 80 % des témoins, des Rwandais en général, comparaissent protégés devant le TPIR. Tous s'accordent à dire que ces mesures sont relativement illusoires étant donné la densité de la population au Rwanda, le maillage social et la sociologie rwandaise.

Ces mesures n'ont pas empêché que certains témoins soient victimes de violence à leur retour dans leur pays. L'un d'entre eux a même été assassiné, sans que la justice rwandaise saisie, n’arrive à prouver le lien entre son témoignage et son assassinat.

Plusieurs témoins de la défense de Zigiranyirazo ont toutefois déposé à visage découvert.

PB/AT/GF

© Agence Hirondelle