09.04.08 - TPIR/KALIMANZIRA - LE PROCES D’UN EX-HAUT FONCTIONNAIRE RWANDAIS COMMENCERA LE 28 AVRIL

Arusha, 9 avril 2008 (FH) - Callixte Kalimanzira, un ex-haut fonctionnaire rwandais accusé de génocide, sera jugé à partir du 28 avril selon le calendrier du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).
2 min 7Temps de lecture approximatif

Kalimanzira, 55 ans, un agronome de formation, a été notamment directeur de la section développement rural à la présidence de la République, secrétaire général au ministère de l’intérieur et directeur de cabinet au sein du même ministère. Entre avril et mai 1994, il a dirigé le ministère de l’intérieur à titre intérimaire.

Kalimanzira s’est rendu le 8 novembre 2005 au TPIR qui l’avait mis en accusation quatre mois plus tôt. Les conditions de sa reddition n'ont jamais été explicitées.

Le procureur affirme qu’il était « très proche » du président intérimaire Théodore Sindikubwabo ainsi que du premier ministre Jean Kambanda.

Sindikubwabo est accusé d’avoir lancé des massacres à Butare (sud) où il s’est rendu le 19 avril 1994 à la tête d’une forte délégation gouvernementale. Il est présumé décédé. Kambanda a pour sa part été condamné à la prison à vie par le TPIR après avoir plaidé coupable de génocide. Il purge sa peine au Mali.

Sindikubwabo, Kambanda et Kalimanzira sont tous des ressortissants de Butare.

Il est particulièrement reproché à Kalimanzira d’avoir personnellement supervisé des attaques contre les Tutsis sur la colline de Kabuye vers le 23 avril 1994.

L’accusé aurait, avant l’attaque, encouragé les victimes évaluées à plus de 20.000 par l’accusation, à se réfugier sur la colline, «en leur promettant d’être protégées et nourries».

Autour du 5 juin 1994, Kalimanzira aurait appelé la population à éliminer les Tutsis, «y compris ceux qui sont encore dans l’utérus de leurs mères».

Le procureur l’accuse en outre d’avoir appelé les Hutus à ne pas épargner les femmes, les enfants et les vieillards «parce que si le Front patriotique rwandais (FPR, ex rébellion à dominante tutsie) gagne la guerre, ils seront les témoins potentiels pour dénoncer les tueurs».

Kalimanzira plaide non coupable. Son équipe de défense est dirigée par l’avocat français Me Arthur Vercken. Celui-ci a déjà représenté, devant le TPIR, l’ex-maire Jean Mpambara acquitté en septembre 2006. Aucun nouveau procès n'avait débuté au TPIR depuis juin 2007.

Sept personnes détenues à Arusha attendent encore leur procès, alors que le TPIR ferme ses portes à la fin de l’année. Quatre d’entre elles font l’objet de demandes de transferts vers le Rwanda.

AT/PB/GF

© Agence Hirondelle