02.05.08 - TPIR/SYNTHESE - UN PROCES QUI VA ENFIN DEMARRER ET LES LARMES D’UNE EPOUSE

Arusha, 2 mai 2008 (FH) - La semaine écoulée au TPIR a vu notamment un nouveau report du Procès de Callixte Kalimanzira et le témoignage émouvant de la femme de Prosper Mugiraneza, l’ancien ministre de la fonction publique.
1 min 26Temps de lecture approximatif

Celui-ci présente, depuis le 15 février, les arguments de sa défense et il a demandé à son épouse de venir témoigner. Incapable de contenir son émotion elle a fini son témoignage en pleurs. Le procureur a préféré ne pas la contre-interroger. Selon la cour, présidée par Mme Khalida Rachid Khan, les arguments de la défense devront tous avoir été présentés d’ici le 20 juin.

Plusieurs fois reporté, le procès de Callixte Kalimanzira, un ancien haut fonctionnaire rwandais accusé de génocide, commencera lundi prochain dans l’après midi et devrait se tenir en alternance avec celui dit «Karemera», présidé par le même juge : Dennis Byron, président du tribunal. Ses assesseurs n’ont pas encore été désignés. Ce procès sera le premier à s’ouvrir depuis juin 2007.

Deux autres procès sont actuellement en cours. Karemera qui regroupe les responsables de l’ancien parti unique. Le début de la présentation des preuves de la défense démarre lentement. Un belge, Alain de Brouwer ancien responsable de l’internationale démocrate chretienne, intarissable sur les contacts entre son mouvement et le parti au pouvoir avant le génocide, est venu témoigner pour Edouard Karemera, l’ancien vice président du MRND.

Dans le procès Butare, qui a commencé en juin 2001, Joseph Kanyabashi présente sa défense essentuellement à huis clos. Sur une trentaine de témoins annoncés, une vingtaine sont déjà venus. Le prochain accusé à présenter sa défense sera Elie Ndayambaje.

PB/ER/GF

© Agence Hirondelle