10.10.08 - RWANDA/GACACA - L'ANCIEN COMPTABLE DE LA PREFECTURE DE KIBUNGO EN APPEL

Ngoma (Est du Rwanda) 10 octobre 2008 (FH) - Le procès en appel de Jean de Dieu Munyengabe, alias Padiri, 55 ans, va commencer lundi devant la juridiction d'appel du secteur de Kibungo et a déja suscité des querelles entre rescapés du génocide, a constaté sur place l'Agence Hirondelle.
1 min 35Temps de lecture approximatif

Classé dans la 1ère catégorie des planificateurs du génocide, cet ancien comptable de la Préfecture de Kibungo, originaire de Ruhengeri, considéré comme fief de l'ancien régime, est poursuivi pour son rôle dans la persécution et la mort des "acolytes" du FPR en 1990, et dans l'organisation et la tenue des réunions de planification du génocide, a expliqué à l'agence la représentante locale d'Ibuka, Madame Josiane Umulisa.

Selon elle «son acquittement au 1er degré, à la mi-septembre, a scellé les querelles entre rescapés qui avaient commencé au début et s'étaient poursuivies pendant le procès », explique-t-elle. « Trois rescapés, tous des commerçants influents, auxquels il aurait apporté des provisions durant ces moments, ont plaidé pour sa défense, contre les victimes qui démontraient les preuves de sa culpabilité. Ajouté à son acquittement, cela a divisé les rescapés et changé l'image des gacaca », précise-t-elle.

« J'ai été violée pendant le génocide et j'en garde toujours les stigmates. Mes douleurs sont aujourd'hui allégées par la condamnation à la prison à vie de mon bourreau. Acquitter Munyengabe le planificateur, le commanditaire de notre calvaire de 1994, ravive plutôt ces douleurs », confie une jeune femme.

Ces dissensions n'ont pas épargné les juges eux-mêmes. Le témoignage de Cyasa, condamné a la détention criminelle à perpetuité pour son role majeur dans le génocide à Kibungo "suffisait pour nous fixer sur son cas" explique l'un d'entre eux sous le sceau de l'anonymat. "Nous étions plutôt divisés entre son classement à la 1ère ou à la 2ème catégorie, entre sa condamnation ou son acquittement. Finalement, je ne sais que dire...l'éthique me lie la langue », ajoute-t-il.

SRE/PB/GF

© Agence Hirondelle