05.11.08 - TPIR/MILITAIRES II - UN OFFICIER DEMENT QUE DES MILITAIRES AIENT COMMIS DES VIOLS A KIGAL

Arusha, 5 novembre 2008 (FH) - Un officier de l'ancienne armée rwandaise, le lieutenant Bernard Uwizeyimana, a nié mercredi lors de son bref témoignage devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) que des militaires aient commis en 1994 des viols contre des femmes et filles tutsies au Centre hospitalier de Kigali (CHK).
1 min 26Temps de lecture approximatif

« Je n'ai jamais appris cela », a déclaré Uwizeyimana, en soulignant qu'il était resté lui-même hospitalisé au CHK, du 13 au 19 avril 1994, après avoir été blessé sur le front alors qu'il tentait de contenir l'avancée des anciens rebelles du Front patriotique rwandais (FPR, actuellement au pouvoir). « J'ai quitté le CHK parce que les obus tombaient sur l'hôpital », a ajouté le lieutenant qui était cité à la barre par le capitaine Innocent Sagahutu, ancien commandant d'un escadron du bataillon de reconnaissance. Au terme de l'audition de cet ancien officier qui vit actuellement au Congo-Brazzaville, le procès a été reporté à lundi prochain, faute de témoins sur place. Interrogé par le président Asoka da Silva, l'avocat de Sagahutu, Me Fabien Segatwa, a mis en cause le greffe du TPIR à qui il avait remis la liste de ses témoins et l'ordre dans lequel il entendait les faire comparaître. « La gestion des hommes pose problème », a dit le défenseur. Le capitaine Sagahutu est jugé avec l'ancien commandant du bataillon de reconnaissance, le major François-Xavier Nzuwonemeye, l'ancien chef d'Etat-major de l'armée, le général Augustin Bizimungu et l'ancien patron de la gendarmerie, le général Augustin Ndindiliyimana. Inculpés de crimes de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre, les quatre officiers plaident non coupables. Ils sont détenus depuis 6 et 8 ans. Leur procès a démarré en septembre 2004 et le capitaine est le dernier à citer ses témoins ER/PB/GF © Agence Hirondelle