Sans information, pas de réconciliation
Dossier spécial « Time for the truth in Gambia »

Le chef de l'ONU horrifié par les attaques "barbares" à Palmyre

0 min 51Temps de lecture approximatif

Le secrétaire général de l'ONU s'est dit lundi horrifié par les attaques "barbares" à Palmyre, en Syrie, où des jihadistes du groupe Etat islamique ont fait exploser un célèbre temple, une semaine après la décapitation de l'ancien chef des Antiquités de la ville antique.

Les jihadistes de l'EI, qui contrôlent Palmyre depuis mai, ont placé dimanche des explosifs dans le temple de Baalshamin et détruit la majeure partie de l'édifice, érigé à partir de l'an 17 et classé au patrimoine mondial de l'humanité.

Ban a aussi fait part de son indignation après le meurtre par décapitation de l'ancien chef des Antiquités de Palmyre, Khaled al-Assaad, 82 ans, une référence mondiale sur cette cité antique. Son corps a été mutilé, après avoir été accroché à un poteau, la tête coupée sur le sol, selon des images circulant sur des sites jihadistes.

"Ces actes de terreur barbares s'ajoutent à une longue liste de crimes commis depuis quatre ans en Syrie contre ses habitants et son héritage", a déclaré Ban dans un communiqué.

Ban a rappelé que la destruction de sites classés au patrimoine de l'humanité était considérée comme un crime de guerre.

Le chef de l'ONU a exhorté les pays du monde entier "à s'unir et à agir rapidement pour mettre fin à ces actes terroristes".

Partager
Abonnez-vous à la newsletter