Sans information, pas de réconciliation

La Turquie responsable de la "libération de nombreux détenus dangereux de l'EI" (chef du Pentagone)

1 min 13Temps de lecture approximatif

Le ministre américain de la défense Mark Esper a vivement dénoncé lundi l'offensive militaire turque "inacceptable" en Syrie, estimant qu'elle avait résulté en la "libération de nombreux détenus dangereux" du groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Washington demandera à l'Otan de prendre des "mesures" contre la Turquie, coupable d'avoir "sapé" la mission internationale anti-EI dans le pays, a précisé M. Esper dans un communiqué.

"Malgré l'opposition et les avertissements répétés des Etats-Unis et de la communauté internationale, le président turc (Recep Tayyip) Erdogan a ordonné une invasion unilatérale du nord de la Syrie qui a provoqué de nombreuses victimes, des réfugiés, des destructions, de l'insécurité et qui menace de plus en plus les forces américaines", dénonce le chef du Pentagone dans ce communiqué.

"Cette incursion inacceptable a aussi sapé la mission internationale anti-EI, couronnée de succès en Syrie, et donné lieu à la libération de nombreux détenus dangereux de l'EI", ajoute-t-il.

Jugeant l'attitude de la Turquie "irresponsable", M. Esper confirme officiellement que le Pentagone a entamé un retrait total du nord-est de la Syrie à la demande du président Donald Trump.

"L'opération unilatérale de la Turquie est inutile et irréfléchie", ajoute-t-il. "Le président Erdogan est pleinement responsable des conséquences, d'éventuels crimes de guerre et d'une crise humanitaire croissante", poursuit le ministre américain, soulignant que les relations entre les deux pays étaient "entachées".

M. Esper conclut en indiquant qu'il participera la semaine prochaine à Bruxelles à une réunion ministérielle de l'Otan où il a l'intention de "pousser nos autres alliés à prendre des mesures diplomatiques et économiques collectives et individuelles" en réponse à l'offensive turque.

Donald Trump a annoncé qu'il signerait "bientôt" un décret autorisant des sanctions contre des dirigeants turcs en réponse à l'offensive d'Ankara contre les Kurdes dans le nord-est de la Syrie.

Partager
Abonnez-vous à la newsletter