La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter
Sondage | Votre avis sur Justice Info
Fermer X
Chaque semaine 3 nouvelles questions (très rapides).
Si vous souhaitez répondre à l'ensemble des questions en une seule fois (sondage complet), c'est bien sûr possible.
Cette semaine : parlez-nous de vous...

Pérou: des crises politiques en série depuis la destitution de Fujimori

2 min 27Temps de lecture approximatif

Le Pérou, qui organise dimanche des législatives anticipées, a connu une série de crises politiques depuis la destitution du président Alberto Fujimori en 2000.

- Destitution de Fujimori -

Le 21 novembre 2000, suite à un scandale de corruption, le Parlement destitue pour "incapacité morale permanente" le président Alberto Fujimori (au pouvoir depuis 1990), qui a présenté la veille sa démission depuis le Japon où il a fui.

Extradé, il est condamné en 2009 à 25 ans de prison pour corruption et crime contre l'humanité. Fin 2017, il bénéficie d'une grâce présidentielle controversée, annulée en octobre 2018.

- Crises gouvernementales -

En juin 2003, le centriste Alejandro Toledo premier chef d'Etat d'origine indienne a accéder au pouvoir par les urnes, décrète l'Etat d'urgence face à une vague de mécontentement social. Une partie de l'opposition et de la presse demande son départ "pour incompétence". Le gouvernement du Premier ministre Luis Solari démissionne en bloc.

Le 11 octobre 2008, le président social-démocrate Alan Garcia, élu en 2006 (après un premier mandat de 1985 à 1990), accepte la démission de son gouvernement après la découverte d'une affaire présumée de corruption en faveur de la compagnie pétrolière norvégienne Discover Petroleum.

- La gauche au pouvoir -

Le 6 juin 2011, Ollanta Humala devient le premier président de gauche au Pérou depuis 36 ans. En juillet 2012, les membres de son gouvernement, critiqués pour leur gestion des conflits sociaux qui ont fait 17 morts au cours des derniers mois, démissionnent.

Le 1er avril 2015, la cheffe du gouvernement Ana Jara est renversée par une motion de censure, une première en 50 ans, après une affaire d'espionnage massif par les services de renseignement.

- Démission de Kuczynski -

Le président Pedro Pablo Kuczynski, élu en 2016, est visé par une enquête pour blanchiment d'argent présumé dans le vaste scandale de corruption du géant brésilien de BTP Odebrecht, qui éclabousse la classe politique latino-américaine.

Odebrecht a reconnu avoir versé à la classe politique péruvienne 29 millions de dollars de pots-de-vin entre 2005 et 2014.

Le 21 mars 2018 "PPK" devient le premier président en exercice à démissionner à cause de ses liens avec Odebrecht, à la veille d'un probable vote parlementaire pour le destituer.

Il est placé en détention provisoire, puis en avril 2019 en résidence surveillée.

- Humala détenu -

M. Humala est placé en détention provisoire en juillet 2017, accusé d'avoir reçu trois millions de dollars d'Odebrecht lors de sa campagne électorale.

Le 26 avril 2018, le Tribunal constitutionnel ordonne sa libération et celle de son épouse Nadine Heredia.

Ils sont inculpés en mai 2019 pour blanchiment d'argent présumé.

- Keiko Fujimori arrêtée -

La cheffe de l'opposition Keiko Fujimori, fille d'Alberto et également sous le coup d'une enquête dans l'affaire Odebrecht, est arrêtée le 10 octobre 2018 et effectue 13 mois de prison préventive. Un juge devra décider mardi s'il la renvoie derrière les barreaux.

- Garcia se suicide -

Soupçonné dans une affaire de blanchiment d'argent présumé liée au scandale Odebrecht, l'ex-président Alan Garcia se suicide le 17 avril 2019 juste avant son arrestation.

Egalement soupçonné de corruption dans le scandale d'Odebrecht, l'ex-président Alejandro Toledo est arrêté le 16 juillet 2019 aux Etats-Unis, où il réside, en vue d'une extradition.

- Vizcarra dissout le Parlement -

Le 30 septembre 2019, le président Martin Vizcarra dissout le Parlement contrôlé par l'opposition fujimoriste, et annonce des élections législatives anticipées.

Le Parlement riposte en votant la suspension pour un an de M. Vizcarra pour "incapacité morale" et son remplacement par la vice-présidente Mercedes Araoz.

Mais les chefs militaires, la police et une dizaine de gouverneurs régionaux expriment leur loyauté au président Vizcarra, qui conforte sa position à la tête de l'Etat, tandis que Mme Araoz démissionne.

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON
Partager
S'inscrire à la newsletter