La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter
Sondage | Votre avis sur Justice Info
Fermer X
Chaque semaine 3 nouvelles questions (très rapides).
Si vous souhaitez répondre à l'ensemble des questions en une seule fois (sondage complet), c'est bien sûr possible.
Cette semaine : parlez-nous de vous...

L'altitude, une feuille "miraculeuse" et la fin du Che: cinq choses à savoir sur la Bolivie

2 min 26Temps de lecture approximatif

La Bolivie, où les électeurs sont appelés aux urnes dimanche, a la capitale la plus haute du monde, le célèbre guérillero Ernesto Che Guevara y a été exécuté et la feuille de coca, matière première de la cocaïne, y est omniprésente.

- La Paz, la plus haute -

Une sensation d'asphyxie, un léger tournis et l'impression qu'un arceau vous serre la tête ? Bienvenue à La Paz, la capitale (politique) la plus haute du monde. Le siège des pouvoirs exécutifs et législatifs boliviens est situé à 3.657 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Dans son aéroport, dans la banlieue d'El Alto, à un peu plus de 4.000 mètres, les boutiques de souvenirs vendent des petites bonbonnes d'oxygène. La capitale officielle est Sucre, quelque 700 km au sud-est de La Paz.

Le "mal de l'altitude" ou "Soroche" qui touche les touristes à La Paz est dû "à une diminution de la pression de l'oxygène dans l'air ambiant et à une moindre densité de l'air", explique la chercheuse Mercedes Villena Cabrera, de l'Institut bolivien de biologie en altitude (IBBA).

Près de deux millions de personnes vivent à La Paz et ses environs, reflet des 36 ethnies indigènes qui composent la Bolivie, chacune avec sa langue. Les principales communautés sont les quechuas et les aymaras.

- La fin du "Che" -

Le 9 octobre 1967, le guérillero argentino-cubain Ernesto "Che" Guevara est exécuté dans le village de La Higuera (sud-est de la Bolivie) par l'armée bolivienne, qui met fin à sa tentative d'installer un nouveau "Vietnam".

Quelque 50 combattants sont à ses côtés, des Cubains et des Boliviens, mais aussi le philosophe et écrivain français Regis Debray.

Le corps du guérillero argentin, jeté dans une fosse en Bolivie, a été découvert et identifié en 1997 avant de retourner en grande pompe à Cuba pour un hommage national. Ses restes ont été placés dans un mausolée surmonté d'une imposante statue de bronze dans "sa" ville de Santa Clara.

- La feuille "miraculeuse" -

Bonbons, boissons gazeuses, liqueurs, bière, shampoing : la feuille de coca se décline sous toutes les formes en Bolivie.

On la trouve partout en sachets de thé, comme ceux offerts au pape François lors de sa visite à La Paz, en 2015. On la trouve aussi en farine, comme celle qui a servi à faire le gâteau de l'ex-secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, qui avait fêté ses 70 ans en 2014 lors d'un déplacement en Bolivie.

Le pays andin est le troisième producteur mondial de feuilles de coca, après la Colombie et le Pérou. La petite plante millénaire, utilisée bien avant la conquête espagnole, est la matière première pour fabriquer de la cocaïne.

On trouve en Bolivie 23.100 hectares (231 km2) de plantation de coca, selon les Nations unies.

- Le salar d'Uyuni, l'immensité blanche -

Au sud-ouest de la Bolivie, dans le département de Potosi, se trouve le plus grand désert de sel du monde, avec 10.582 km2, soit la taille du Liban. D'une blancheur éclatante, il est situé à 3.663 mètres au-dessus du niveau de la mer.

C'est une des locomotives touristiques du pays et un des gisements de lithium les plus importants du monde.

- Refuge de Klaus Barbie -

En 1983, l'ancien responsable de la Gestapo de Lyon durant la seconde guerre mondiale est extradé de Bolivie vers la France, où il est condamné à perpétuité pour crimes contre l'Humanité en 1987.

Réfugié dans la zone américaine de l'Allemagne après 1945, il fuit vers la Bolivie en 1951 sous une fausse identité, puis est protégé par les dictatures militaires successives des années 1960 et 1970. Identifié en 1971, Barbie n'est expulsé que 12 ans plus tard, après l'avènement d'un gouvernement civil dans le pays andin. Il meurt en prison en 1991.

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON
Partager
S'inscrire à la newsletter