La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter

05.09.14 - CPI/RUTO - LA CPI ENTEND UN PREMIER TÉMOIN RÉCALCITRANT DANS LE PROCÈS DU VICE-PRÉSIDENT DU KENYA

Arusha, 05 septembre 2014 (FH) - La Cour pénale internationale (CPI) a entamé jeudi l’audition de l’un des neuf témoins récalcitrants dont les juges ont ordonné la comparution à la demande du procureur dans le procès du vice-président du Kenya, William Ruto et de son concitoyen, le journaliste Joshua Sang.

1 min 53Temps de lecture approximatif

Les deux hommes sont poursuivis pour crimes contre l’humanité perpétrés dans leur pays d’Afrique orientale, lors des violences postélectorales de fin 2007 –début 2008.Désigné par la pseudonyme 604 pour des raisons de sécurité, le témoin, qui déposait en vidéoconférence depuis Nairobi, au Kenya, faisait partie de la liste initiale des témoins de l’accusation.Mais il a fait volteface par la suite, affirmant qu’il n’avait pas dit la vérité, lors de ses déclarations aux enquêteurs du bureau procureur.Ce dernier a alors demandé et obtenu de la chambre des citations à comparaître pour 604 et huit autres témoins qui doivent encore être cités à la barre.Lorsque le témoin 604 a indiqué jeudi devant la chambre présidée par le juge Chile Oboe-Osuji qu’il avait menti aux enquêteurs, le représentant du procureur, Anton Steynberg, s’est aussitôt levé pour demander que le témoin soit déclaré « hostile », ce qui permettrait à l’accusation de le contre – interroger.Maître Karim Khan, l’avocat du vice-président, s’est opposé à la requête du procureur.Le juge Osuji et ses collègues devaient rendre leur décision vendredi après avoir entendu la défense de Sang qui n’a pas eu le temps de s’exprimer sur la question jeudi.A la reprise du procès, lundi, le témoin 604 avait, par la voix de son avocat, demandé à la chambre de reporter sa déposition de 21 jours, arguant notamment qu’il souffrait de dépression.La chambre avait décidé d’ajourner seulement jusqu’à jeudi.Le procureur s’est souvent plaint de subornation de témoins dans cette affaire.En procès depuis septembre 2013, le vice-président kényan est accusé d’avoir joué « un rôle majeur » dans l’organisation des activités criminelles d’un « réseau » composé de jeunes de sa tribu des Kalenjin. Pour la présidentielle de fin 2007, Ruto avait soutenu le candidat de l’opposition Raila Odinga, contre le président sortant Mwai Kibaki. Ce dernier appartient à la tribu des Kikuyu tandis qu’Odinga est de la tribu des Luo. Pour le procureur de la CPI, Ruto voulait nettoyer sa région de la Vallée du Rift de tout élément kikuyu, un projet dans lequel il aurait bénéficié du concours d’une émission populaire en langue vernaculaire animée par Joshua Sang, un autre fils de la tribu Kalenjin. Chrétiens pratiquants, les deux hommes protestent de leur innocence, affirmant notamment avoir des membres de famille mariés à des personnes de la tribu Kikuyu.ER

Partager
S'inscrire à la newsletter