Sans information, pas de réconciliation

12.12.07 - RWANDA/BELGIQUE - UN RWANDAIS NATURALISE BELGE CONDAMNE A 30 ANS DE PRISON

Nyamasheke (Ouest du Rwanda), 12 décembre 2007 (FH) - Un rwandais naturalisé belge a été condamné la semaine dernière à 30 ans de prison ferme par la juridiction Gacaca de Gashirabwoba du secteur Bushenge dans le district de Nyamasheke, a constaté sur place l’Agence Hirondelle.

M.

1 min 51Temps de lecture approximatif

Aloys Mujyabwami, alias Biniga, 55 ans, ancien commerçant à Kamembe alors chef-lieu de la Préfecture de Cyangugu, a été jugé coupable de crimes de génocide, de planification du génocide des Tutsi de 1994, de distribution d’armes à Gashirabwoba et de la mort de plus d’une centaine de personnes d'ethnie Tutsi dans ladite localité.

Au cours des débats qui ont duré 7 heures, le prévenu a plaidé non coupable de tous ces chefs d’accusation malgré les témoignages accablants de plus de 10 témoins sur la distribution d’armes et sa présence lors des massacres de Gashirabwoba. Les 2 témoins de la défense qui se sont présentés devant la juridiction et qui affirmaient ne pas avoir vu le concerné sur les lieux ont failli perdre pied à la question de savoir s’ils avaient sillonné tout Gashirabwoba pendant le génocide, et pourquoi. Le 29 dernier, ce procès avait été remis au jeudi 6 décembre 2007 parce que le prévenu disait ne pas avoir eu suffisamment de temps pour préparer sa défense.

Acquitté au 1er degré de la juridiction de Kamembe du district de Rusizi, il avait été reconnu coupable en appel des mêmes crimes en date du 08/11/2007 et condamné à une peine d’emprisonnement de 7 ans qu’il devait exécuter en commençant par les travaux d’intérêt général (TIG). A la sortie de l'audience, la police l’avait de nouveau interpellé et remis au parquet de la République à Rusizi où un dossier pour négationnisme est par ailleurs en cours d’instruction. Cela faisait suite à sa déclaration, pendant le procès, qu’il n’y avait pas eu de génocide à Kamembe.

Cette nouvelle condamnation, en vertu de l’article 14,al.1 de la loi organique du 01/3/2007 sur les juridictions gacaca, le place dans la catégorie des personnes ne devant pas bénéficier de la peine alternative à l’emprisonnement, TIG, ni du sursis, du fait d’avoir plaidé non coupable. Le condamné compte interjeter appel. Le procès de M. Mujyabwami a attiré une foule nombreuse, et notamment la présence de représentants de l’administration et de la police ainsi qu'un représentant de l’Ambassade de Belgique.

Fugitif après 1994 et réfugié avec sa famille en Belgique où il aurait acquis la nationalité belge, M.Mujyabwami était recherché dans sa préfecture d’origine pour son rôle actif dans le génocide de 1994. Il a été appréhendé au cours d’un voyage d’affaires à Goma en RDC au mois de Juin 2007, et rapatrié chez lui à Cyangugu pour y être jugé . SRE/PB/GF

Partager
Abonnez-vous à la newsletter