La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter

03.01.08 - BELGIQUE/RWANDA - DECISION FIN JANVIER POUR LE QUATRIEME PROCES RWANDAIS EN BELGIQUE

Bruxelles, 3 janvier 2008 (FH) – La chambre du conseil de Bruxelles a reporté la semaine dernière au 25 janvier l’examen des charges à l’encontre d’Ephrem Nkezabera, ancien cadre des milices Interahamwe impliquées dans le génocide de 1994 au Rwanda.

Son avocat, Me Gilles Vanderbeck, plaidait devant une cour d’assises et était donc indisponible.

1 min 5Temps de lecture approximatif

Pour la première fois dans ce genre de procédure, l’accusation va inculper un suspect de crimes de génocide et de viols. Lors des trois « procès Rwanda » déjà tenus en Belgique, seules des qualifications de crimes de droit international humanitaire et de crimes de guerre avaient été retenues. Ephrem Nkezabera, 55 ans, est un ancien responsable de la Banque commerciale du Rwanda. Il était en 1994 président de la commission des affaires économiques et des finances au sein du comité national des Interamhamwe. Il faisait également partie du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND), le parti du président Juvénal Habyarimana. Détenu par la Belgique depuis 2004, il a avoué la plupart des faits qui lui sont reprochés quant à son rôle dans l’action des milices Interamhamwe. Ces milices ont participé au massacre de Tutsis et de Hutus modérés pendant le génocide de 1994, qui a fait plus de 800 000 morts selon l’ONU. Les parties civiles, le parquet fédéral et la défense s’exprimeront le 25 janvier sur l’opportunité de renvoyer Ephrem Nkezabera devant la cour d’assises de la Région de Bruxelles-Capitale. Trois procès (2001, 2005 et 2007) liés au génocide rwandais et ayant donné lieu à des condamnations à de la prison ferme se sont déjà tenus en Belgique devant cette Cour. BF/PB/GF

Partager
S'inscrire à la newsletter