La justice doit être vue pour être rendue
S'inscrire à la newsletter
Sondage | Votre avis sur Justice Info
Fermer X
Chaque semaine 3 nouvelles questions (très rapides).
Si vous souhaitez répondre à l'ensemble des questions en une seule fois (sondage complet), c'est bien sûr possible.
Cette semaine : parlez-nous de vous...

25.01.08 - RWANDA/JUSTICE - UNE FEMME ACCUSEE D’AVOIR PARTICIPE A LA TENUE D’UN BARRAGE ROUTIER

Arusha, 25 janvier 2008 (FH) – Le procès de Spéciose Uwamwezi, une des très rares femmes accusées d’avoir participé à la tenue de barrages routiers, auxquels ont été tués des Tutsis pendant le génocide de 1994, reprendra dimanche devant la juridiction gacaca du secteur Nyakabanda, dans la ville de Kigali, a–t-on appris de source associative vendredi. La mise en accusation d'une rwandaise pour avoir tenu un barrage lors du génocide de 1994 est rare.

1 min 35Temps de lecture approximatif

Ces barrages étaient en effet essentiellement controlés par des hommes. De même les milices, fers de lance du génocide étaient essentiellement composées d'hommes. Parmi la vingtaine de personnes condamnées à mort et fusillés en avril 1998 au Rwanda pour leur participation essentielle au génocide, figurait une femme. Le TPIR a mis en accusation 90 personnes dont une seule femme, Pauline Nyiramasuhuko, ancienne ministre de la famile et de la promotion féminine, notamment accusée d'avoir incité aux viols. Mme Uwamwezi est également accusée de port d’arme illégal, de planification du génocide et d’assassinat, selon la Ligue des droits de la personne dans la région des Grands lacs (LDGL), un collectif basé à Kigali. Elle est par ailleurs poursuivie pour avoir refusé d’accueillir sous son toit des enfants tutsis qui étaient alors pourchassés. Lors de sa première comparution dimanche dernier, elle a nié avoir refoulé ces enfants, affirmant qu’elle les avait reçus avec leur mère Marie Mukarwego dans la nuit du 6 au 7 avril 1994 et qu’ils étaient repartis 3 jours plus tard. Selon son récit, ils ont quitté d’eux-mêmes son domicile parce qu’ils avaient peur des miliciens Interahamwe qui venaient les chercher. Trois témoins à charge ont cependant soutenu que l’accusée avait bel et bien refoulé ces personnes, ce qui a été contesté par deux témoins à décharge. Uwamwezi comparaît avec son père Sylvain Muhizi et deux de ses frères. Les juridictions gacacas (prononcer gatchatcha) sont chargées de juger la plupart des responsables présumés du génocide de 1994 qui a fait, selon Kigali, près de 800.000 tués, essentiellement au sein de la communauté tutsie. Inspirés des anciennes assemblées lors desquelles les sages du village réglaient des différends, assis sur la gazon (gacaca, en langue rwandaise), ces tribunaux ne sont pas animés par des juristes mais par des personnes choisies parmi la communauté, en raison de leur probité.

ER/PB/GF

Nous soutenir
CONTRIBUEZ A UNE INFORMATION INDÉPENDANTE SUR LA JUSTICE INTERNATIONALE
Partout dans le monde, accéder à la justice et l’information est vital pour permettre à des sociétés de se reconstruire après des périodes de violence. C’est pourquoi il nous tient à coeur de proposer un média gratuit, aux méthodes journalistiques rigoureuses, accessible à tous, au Nord comme au Sud. Justice Info fonctionne sur des contributions. Pour donner à nos journalistes les moyens de vous informer en toute indépendance, chaque contribution compte. Régulière c’est mieux, exceptionnelle c’est bien aussi.
FAITES UN DON
Partager
S'inscrire à la newsletter