27.11.08 - TPIR/BUTARE - TRAVAILLER C'ETAIT TRAVAILLER ET RIEN D'AUTRE, SELON UN EX-MAIRE RWANDAIS

Arusha, 27 novembre 2008 (FH) - Un ancien maire en procès devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), Elie Ndayambaje, a réfuté jeudi l'affirmation selon laquelle le verbe rwandais « gukora » (littéralement travailler) signifiait, en 1994, tuer les Tutsis.
0 min 54Temps de lecture approximatif

« Je ne suis pas d'accord, Monsieur le Président. Je n'ai jamais eu une telle compréhension du mot gukora », a indiqué l'ancien maire de Muganza (sud) qui était contre interrogé par Madeleine Schwartz, du bureau du procureur.

« Il y a des fois où trop c'est trop », s'est-il indigné, demandant à Mme Schwartz de mettre fin à cette série de questions.

Le président de la chambre, le juge tanzanien William Hussein Sekule, a ordonné à l'ancien maire de répondre aux questions sans faire de commentaires.

Ndayambaje est jugé avec l'ancienne ministre de la Famille et de la promotion féminine, Pauline Nyiramasuhuko, le fils de cette dernière, Arsène Shalom Ntahobali, les anciens préfets de Butare, Sylvain Nsabimana et Alphonse Nteziryayo ainsi que l'ex-maire de Ngoma, Joseph Kanyabashi.

Jugés pour crimes de génocide et crimes contre l'humanité, tous les six plaident non coupables depuis le début de leur procès en juin 2001.

NI/ER/GF

© Agence Hirondelle