27.10.08 - RWANDA/EGLISE - EVEQUES TUES EN 1994 : L'EGLISE CATHOLIQUE ATTEND POUR REAGIR

Kigali, 27 octobre 2008 (FH) - L'église catholique du Rwanda attend de recevoir le rapport d'un de ses services avant de pouvoir réagir au jugement rendu, vendredi, par la cour militaire de Kigali dans le procès de quatre officiers qui étaient poursuivis pour le meurtre en juin 1994 d'une dizaine de responsables ecclésiastiques, dont trois évêques.
2 min 25Temps de lecture approximatif

Le général Wilson Gumisiriza et le major Wilson Ukwishaka ont été acquittés tandis que les capitaines John Butera et Dieudonné Rukeba ont été condamnés chacun à 8 ans de prison.

La commission « Justice et paix » de l'église catholique rwandaise a suivi le procès de bout en bout. « Nous attendons qu'elle nous fasse rapport afin que nous ayons une réaction concertée au sein de la Conférence épiscopale », a indiqué lundi à l'agence Hirondelle, Servilien Nzakamwita, évêque de Byumba (nord) et président intérimaire de cette commission.

«Quatorze ans, c'est un peu loin et le temps efface des traces. Si ce procès avait pu avoir lieu avant, peut-être que...mais quand-même ça va. Mieux vaut tard que jamais ! », a commenté, sous couvert de l'anonymat, un prêtre qui a perdu un membre de sa famille dans ce multiple meurtre.

De leur côté, les équipes de défense sont satisfaites. « Je suis satisfait du jugement, pour mon client et pour les autres »,a déclaré Me Charles Shema Gakuba, avocat du capitaine Butera. Le défenseur s'est dit cependant « prêt » à appuyer son client si celui-ci éprouve le besoin d'un pourvoi en appel.

Pour sa part, le procureur militaire, le capitaine Kayijuka Ngabo, n'a pas encore décidé de la suite à donner au jugement de vendredi dernier. « J'y pense encore », a -t-il dit lundi à l'agence Hirondelle. Il avait requis la prison à vie contre le général et le major et demandé 15 ans de détention contre les deux capitaines.

« L'issue de ce procès se faisait attendre, avec beaucoup d'interrogations. Les débats ont prouvé qu'on voulait donner une justice équitable. Je crois que le jugement est juste », confie, sous couvert de l'anonymat, un officier de l'armée rwandaise.

Les quatre officiers avaient été arrêtés le 11 juin dernier, à la suite, selon l'armée rwandaise, d'enquêtes conjointes du parquet général rwandais et du procureur au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Ils étaient, au moment des faits visés dans le procès, membres de la branche armée du Front patriotique rwandais (FPR, ex-rébellion actuellement au pouvoir à Kigali).

Leur procès, annoncé en juin 2008 devant le Conseil de sécurité des Nations unies par le procureur du TPIR, a débuté le 19 août dernier.

Parmi les victimes, se trouvaient l'archevêque de Kigali, Vincent Nsengiyumva, l'évêque de Byumba (nord) Joseph Ruzindana, et l'évêque de Kabgayi, Thaddée Nsengiyumva, alors président de la Conférence des évêques catholiques du Rwanda.

Censé observer ce procès après avoir mené l'enquête, le TPIR qui avait abandonné à la justice rwandaise cette affaire, n'avait trois jours après le jugement, toujours pas réagi.

SRE/ER/PB/GF