Guerre en Ukraine: la situation sur le terrain au 119e jour

2 min 34Temps de lecture approximatif

Noyée sous un déluge de feu, la ville de Lyssytchansk, dans l'est de l'Ukraine, vit "l'enfer" selon les autorités ukrainiennes, qui reconnaissent l'avancée des troupes russes qui entendent contrôler entièrement la région orientale du Donbass.

Face à ces revers militaires, Kiev espère un succès diplomatique fort avec la tenue du Conseil européen jeudi, qui doit se prononcer sur son statut de candidat à l'UE.

Voici un point de la situation mercredi au 119e jour de la guerre, établi à partir d'informations des journalistes de l'AFP sur place, de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales, d'analystes et d'organisations internationales.

- L'est -

Avions, artillerie et tanks: "Les Russes s'approchent de Lyssytchansk, prennent pied dans les villes voisines et bombardent la ville", a affirmé Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Lougansk, épicentre du conflit ces dernières semaines.

Juste de l'autre côté de la rivière Donets, infranchissable depuis que les ponts ont été détruits, "les combats continuent dans les rues" de Severodonetsk, a-t-il souligné.

La poche de résistance ukrainienne autour de Lyssytchansk et Severodonetsk est la seule qui échappe encore aux forces russes dans la région de Lougansk, où les combats d'artillerie durent depuis des semaines.

"La Russie se prépare selon toute probabilité à déployer un nombre important d'unités de réserve dans le Donbass", selon le ministère britannique de la Défense.

Moscou a fait de la conquête intégrale du bassin houiller du Donbass - déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses depuis 2014 - l'un de ses objectifs prioritaires.

- Le nord-est -

La région de la grande ville de Kharkiv, dont les Russes avaient été repoussés en mai, a subi des bombardements meurtriers mardi, faisant 15 morts dont un enfant de huit ans.

- Le sud -

Selon l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW), les forces russes ont vraisemblablement repris la rive orientale de la rivière Inhoulets, située entre Mykolaïv, toujours tenue par les Ukrainiens, et Kherson, plus à l'est, occupée par les Russes.

- Drones -

Deux drones ont attaqué mercredi une raffinerie de pétrole située dans le Sud-Ouest de la Russie à proximité de la frontière avec l'Ukraine, a déclaré son propriétaire, dénonçant un acte "terroriste" qui n'a pas fait de victime.

- Journaliste "exécuté" -

L'organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières (RSF) a publié mercredi une enquête menée en Ukraine qui prouve, selon elle, que le photoreporter ukrainien Maks Levin et un soldat qui l'accompagnaient ont été "exécutés", et probablement torturés, par des soldats russes en mars.

RSF va porter plainte - pour la sixième fois - devant la Cour pénale internationale (CPI) a indiqué l'organisation à l'AFP.

- Crise alimentaire -

Un navire marchand turc a quitté mercredi le port ukrainien de Marioupol après des discussions entre des délégations turque et russe à Moscou au sujet des céréales bloquées en Ukraine.

Il s'agit du "premier navire étranger à quitter le port ukrainien de Marioupol", tombé aux mains des Russes en mai, selon Ankara.

Une rencontre quadripartite avec des représentants des Nations unies, de la Russie et de l'Ukraine se tiendra dans les "prochaines semaines" en Turquie en vue d'organiser le transport des céréales en mer Noire, a précisé Ankara.

Des millions de tonnes de blé sont coincées dans les ports ukrainiens du fait de l'assaut lancé par la Russie contre son voisin fin février, ce qui préfigure une possible crise alimentaire mondiale.

- "Plan Marshall" -

Le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé mercredi à mettre sur pied "un plan Marshall" pour l'Ukraine, estimant que la reconstruction du pays coûterait des "milliards" et concernerait "plusieurs générations".

Il a par ailleurs jugé que des négociations entre Moscou et Kiev étaient "encore loin" et a invité les Occidentaux à "maintenir fermement le cap" du soutien à l'Ukraine.

- Victimes civiles et militaires -

Il n'existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit, certainement très lourd.

Sur le plan militaire, des sources de sécurité occidentales parlent de 15.000 à 20.000 soldats russes tués. Les forces ukrainiennes perdent chaque jour une centaine de soldats, selon Kiev. Aucune statistique indépendante n'est disponible.

- Un tiers des Ukrainiens déplacés ou réfugiés -

Plus de sept millions d'Ukrainiens sont déplacés dans le pays, selon l'ONU. S'y ajoutent 7,7 millions qui ont fui à l'étranger. Avant l'invasion russe, l'Ukraine comptait 37 millions d'habitants dans le territoire contrôlé par Kiev, amputé notamment de la Crimée annexée par Moscou en 2014.