15.01.09 - TPIR/PERSONNEL - SOULAGEMENT POUR 339 AGENTS DONT LES CONTRATS ETAIENT MENACES

Arusha, 15 janvier 2009 (FH) - Quelque 339 agents du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), dont les contrats étaient menacés de résiliation, vont rester en fonction jusqu' à la fin du mois de septembre, grâce à un budget supplémentaire approuvé en décembre par l'Assemblée générale de l'ONU.
1 min 38Temps de lecture approximatif

La bonne nouvelle a été annoncée mercredi par le greffier en chef du TPIR, le Sénégalais Adama Dieng, lors d'une réunion générale du personnel à laquelle participaient également le président du tribunal, Dennis Byron et le procureur en chef, Hassan Bubacar Jallow.
 
Ce budget supplémentaire, dont le montant n'a pas été précisé, vise à permettre au TPIR de retenir son personnel en vue de terminer les procès en première instance d'ici à la fin de l'année conformément au  calendrier fixé par le Conseil de sécurité.
 
Craignant de se retrouver sans travail, plusieurs agents du tribunal ont déjà rejoint le secrétariat de la Communauté d'Afrique de l'est ou la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples, deux institutions basées, comme le TPIR, à Arusha, en Tanzanie.
 
Dieng a par ailleurs  annoncé que le Conseil de sécurité avait accepté en décembre le principe d'un « mécanisme résiduel » qui serait chargé de gérer l'après-mandat du TPIR. Cette structure, a indiqué le greffier, devrait être temporaire.
 
Le Conseil de sécurité, a-t-il ajouté, a demandé au Secrétaire général de lui présenter un rapport d'ici 90 jours sur « les aspects budgétaires et administratifs des options possibles » pour l'hébergement des archives du TPIR et du TPIY et pour le siège du mécanisme résiduel.
 
Prenant la parole à leur tour, le président Byron et le procureur Jallow en ont appelé au « dévouement et à l'engagement » de tout le personnel en vue de mener à bien les activités au programme de cette dernière année très chargée.
 
ER/GF
 
© Agence Hirondelle