16.03.09 - TPIR/NSHOGOZA - LA DEFENSE DE NSHOGOZA A DEBUTE APRES UN BRAS DE FER AVEC LA CHAMBRE

Arusha, 16 mars 2009 (FH) - Après une semaine de bras de fer avec la chambre, la défense de Léonidas Nshogoza, un avocat rwandais accusé de subornation de témoins au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a enfin débuté lundi, a constaté l'agence Hirondelle.
1 min 40Temps de lecture approximatif

Cette phase du procès avait été retardée par le refus de Me Allison Turner, l'avocate canadienne de Nshogoza, de respecter une décision de la chambre, réduisant à 10 le nombre des témoins de la défense.

Les juges ont dû lui infliger la semaine dernière une amende de 5.000 dollars américains, une première dans les annales du tribunal.

Dans sa longue déclaration liminaire lundi, l'avocate a affirmé, à plusieurs reprises, que les allégations portées contre son confrère et client avaient été inventées de toutes pièces.

Elle a promis de démontrer, à travers les témoignages à décharge, l'innocence de Me Nshogoza.

L'avocat rwandais est accusé d'avoir suborné 5 témoins alors qu'il travaillait comme enquêteur au sein de l'équipe de défense de l'ex-ministre de l'Enseignement supérieur Jean de Dieu Kamuhanda, condamné

par le TPIR à la prison à vie.  Pour cela, il est inculpé « d'outrage au tribunal ».

Les faits se seraient déroulés à Kigali et à Gasabo (banlieue de Kigali) ainsi qu'à Arusha, entre le 1er mars 2004 et le 31 mai 2005.

Le procureur a cité, à l'appui de ces accusations contre Me Nshogoza, 5 témoins à charge qui ont été entendus du 9 au 19 février.

Me Turner a annoncé, pour sa part, une dizaine de témoins parmi lesquels deux rescapés du génocide, Me Aïcha Condé, l'ancienne avocate de Kamuhanda, et l'accusé lui-même.

Nshogoza encourt une peine maximale de cinq ans de prison ou une amende de 10.000 dollars américains, voire les deux.

Une première condamnation pour outrage au tribunal a été prononcée au TPIR dans le procès du témoin GAA condamné à 9 mois de prison en décembre 2007  après avoir plaidé coupable.

GAA est le principal témoin de l'accusation dans le procès de Nshogoza.

NI/ER/GF

© Agence Hirondelle