Un prêtre orthodoxe ukrainien poursuivi pour ses liens présumés avec la Russie

Le 9 décembre, le métropolite Joasaph de Kirovohrad s'est vu imposer des restrictions de déplacement par un tribunal au centre-sud de l'Ukraine. Il est soupçonné d'avoir diffusé des opinions et de la littérature pro-russes. L'Église orthodoxe d'Ukraine a établi son autonomie par rapport à Moscou il y a quatre ans. Les ecclésiastiques fidèles au patriarcat russe font de plus en plus souvent l'objet de fouilles et d'accusations de la part des services de sécurité et des procureurs.

Le prêtre orthodoxe ukrainien Joasaph et son avocat sont assis côte à côte lors d'un procès en Ukraine.Le métropolite Joasaph avec son avocat Serhiy Halushko, le 9 décembre 2022. © Sudovyi Reporter
8 min 30Temps de lecture approximatif

L'influent métropolite Joasaph de Kirovohrad et Novomyrhorod, chef du diocèse de Kirovohrad de l'Église orthodoxe ukrainienne - Patriarcat de Moscou (UOC-MP), qui a consacré des églises financées par des hommes d'affaires et des politiciens locaux et avait l'habitude d'assister à presque tous les événements gouvernementaux, s'est récemment retrouvé dans une minuscule salle d’un tribunal de district, entouré de caméras de télévision et de journalistes. Le 9 décembre, le tribunal Leninsky de Kropyvnytskyi - capitale de la région de Kirovohrad - a examiné une requête visant à imposer à Joasaph une restriction de mouvement pour la durée de l'enquête préliminaire. Habituellement, en Ukraine, "groupes de soutien" et garants sont présents aux procès de personnalités célèbres, mais malgré le fait que l'audience était largement connue, seul un avocat est venu avec Joasaph.

De manière quelque peu ironique, les coupoles de l'église locale, qui est subordonnée à l'UOC, peuvent être vues depuis la fenêtre du 5e étage du tribunal, où s'est tenue l'audience. Bien que son nom comporte le mot "ukrainienne", l’UOC est appelée Patriarcat de Moscou en raison de son lien avec l'Église orthodoxe russe. Depuis décembre 2018, l'Église orthodoxe d'Ukraine (OCU) a été créée indépendamment du patriarcat de Moscou, bien que la Russie ne la reconnaisse pas.

Avec le début de l'invasion russe à grande échelle, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a promulgué la décision du Conseil de sécurité nationale et de défense d'interdire les activités dans le pays des "organisations religieuses affiliées à des centres d'influence de la Fédération de Russie", comme l'UOC. Les services de sécurité ukrainiens (SBU) procèdent à des mesures de sécurité et à des fouilles dans les églises de l'UOC-MP à travers le pays, où ils ont trouvé des passeports russes ou de la littérature pro-russe. Certains représentants de l’Église sont accusés d'aider l'armée russe.

Liens présumés avec le patriarche Kirill

En octobre, des perquisitions ont été menées dans la région de Kirovohrad et à la tête du diocèse de Kirovohrad de l'UOC-MP. Le service de presse du SBU a publié un communiqué de presse affirmant que le métropolite Joasaph est proche du patriarche russe Kirill - qui est un partisan notoire du président russe Vladimir Poutine - et a coordonné avec lui la diffusion d'opinions pro-Kremlin dans la région. Les perquisitions ont notamment révélé une correspondance entre Joasaph et Kirill et ont permis de saisir un grand nombre de documents anti-ukrainiens produits en Russie. Ces documents, selon le SBU, étaient activement distribués parmi le clergé et les croyants pour forger chez eux des positions favorables au pays agresseur.

Peu après les perquisitions, Joasaph a démissionné de son poste de direction du diocèse à sa propre demande, pour des raisons de santé, et a reçu le rang de métropolite de Vasylkiv et le titre de vicaire (évêque assistant ou évêque adjoint) de la métropole de Kyiv. Le 2 décembre, Joasaph, dont le nom civil est Petro Huben, a reçu un avis de suspicion de commission d’un crime en vertu de l'art. 161 du Code pénal, à savoir des actions intentionnelles visant à inciter à la haine et à l'inimitié nationale, régionale, raciale ou religieuse, à l'humiliation de l'honneur et de la dignité nationale, ou à l'insulte des sentiments des citoyens en rapport avec leurs croyances religieuses. Le 9 décembre, lors de la troisième tentative (les audiences précédentes avaient été reportées en raison de problèmes d'approvisionnement en électricité causés par le bombardement russe du système énergétique ukrainien), le tribunal présidé par la juge Kateryna Yurieva a examiné la demande du procureur de Kirovohrad d'imposer au prêtre une mesure de restriction préalable au procès pour la durée de l'enquête.

Le procureur Serhiy Ozhog a demandé à la cour d'imposer une assignation à résidence au suspect et a brièvement énuméré les risques en cas de mesure alternative. En particulier, il a souligné que le suspect pourrait échapper à l'enquête, influencer les témoins et les experts dans l'affaire, ou commettre une autre infraction pénale.

"Ayez pitié"

L'avocat du prêtre, Serhiy Halushko, s'est opposé à la requête et a demandé à la cour une alternative sous la forme d'un engagement personnel. Halushko a souligné que son client s'est présenté aux interrogatoires avec les enquêteurs, a reçu un avis de suspicion, est venu à toutes les audiences du tribunal, et que par son comportement au cours de la procédure il a prouvé qu'il coopère avec l'enquête et n'a pas l'intention d’y échapper. L'avocat a également déclaré que Joasaph n'a aucune influence sur les experts, en particulier ceux du SBU, et que les témoins ont déjà été interrogés et qu'il ne peut donc pas modifier leur témoignage, bien que, selon la loi, les témoins soient également interrogés par le tribunal pendant le procès sur le fond.

Halushko a déclaré que les enquêteurs n'ont attiré l'attention que sur les éléments pouvant être interprétés au détriment de son client, tout en ignorant les nombreux exemples de charité, d'aide aux forces armées ukrainiennes, aux personnes déplacées à l'intérieur du pays et aux nécessiteux. "Le prévenu n'est pas condamné, c'est un homme seul, sans famille ni amis. Et maintenant, l'enfermer seul chez lui, comment pourrait-il vivre ? Il a besoin d'acheter des médicaments et d'aller au magasin. De plus, cette personne est dans un tel état psychologique que je pense qu'il est assez problématique de l'enfermer chez lui. Mon client est un moine. Ces personnes vont à l'église toute leur vie pour recevoir la communion et se confesser. Mon client a fréquenté l'église toute sa vie. Lui enlever cela est assez cruel pour une personne qui a donné sa vie à Dieu", a déclaré l'avocat. Il a demandé au juge "d'avoir de la pitié".

Il a également apporté une pile de documents médicaux pour confirmer l'état de santé de son client, demandant au tribunal de les lire "avec humanité". Cependant, le juge n'a pris que le certificat, notant qu'il suffit qu'il soit correctement certifié.

Le prêtre Joasaph et son avocat sont assis dans la salle d'audience du tribunal Leninsky de Kropyvnytskyi (en Ukraine) et font face à des journalistes.
Joasaph et son avocat ont répondu aux questions des journalistes et rejeté les accusations portées contre l'ecclésiastique orthodoxe. © Anastasia Zubova

Nier tout soutien à l'invasion russe

Lors de l'examen des documents déposés dans le cadre de la procédure, le juge a demandé aux parties quelles informations pouvaient être divulguées compte tenu du secret de l'enquête et de la présence des médias. Les parties ont convenu que seuls les numéros des protocoles pouvaient être mentionnés sans en détailler le contenu. On sait qu'il y a six témoins dans cette affaire.

Pendant que le juge était en salle de délibération, les journalistes ont réussi à parler au suspect et à son avocat qui avaient auparavant refusé tout commentaire. Cette fois, ils ont répondu à la plupart des questions, nié soutenir les actions de la Russie et souligné qu'un appel à l'arrêt de l'agression avait été publié sur Internet au début de l'invasion.

La presse s'est surtout intéressée aux communications de Joasaph avec le patriarche Kirill, connu pour son soutien à l'agression russe contre l'Ukraine. Après les perquisitions du SBU, on a appris que le prêtre possédait des lettres du Patriarcat de Moscou et de Kirill lui-même, dans lesquelles ce dernier remerciait Joasaph pour ses salutations, datées de février 2022 (la tentative d'invasion russe a commencé le 24 février).

"Communiquez-vous avec le patriarche Kirill ?" ont demandé les journalistes.

"Il existe des informations sur Internet selon lesquelles l'évêque Joasaph est proche du patriarche Kirill", a d'abord déclaré l'avocat. 

"Ouais, un fils illégitime", s'est moqué Joasaph.

"D'où viennent ces informations ?", poursuit l'avocat.

"Vous le niez donc ?", demande un journaliste.

"Bien sûr que je le nie", a déclaré Joasaph, expliquant qu'il ne pouvait pas être proche de Kirill compte tenu de son rang. "Nous ne l'avons accompagné qu'une fois lors d'un voyage de pèlerinage à Novgorod et dans d'autres villes. L'éparchie de Kirovohrad était présente, mais aussi celles de Vinnytsia et de Zhytomyr. Il s'agissait d'invitations officielles [et] c'était en 2019, avant la guerre", a déclaré Joasaph.

Matériel ancien

Son avocat a affirmé que le diocèse de Moscou envoie de telles lettres à tous les représentants des églises orthodoxes, et que ce n'est donc pas surprenant. Il a nié que son client ait envoyé des lettres à la Russie. Il a souligné que Joasaph a enregistré un appel à Poutine pour demander l'arrêt de la guerre.

Quant à la photo encadrée de Joasaph avec le patriarche russe, distribuée par le service de presse des services de sécurité, l'avocat a souligné qu'il s'agissait d'une vieille photo.

"Vous essayez de m'accuser de quelque chose. Vous utilisez cette photo comme un coup. Savez-vous quand cette photo a été prise ? En 2009. Et qu'était-il censé en faire ? L'a-t-il exposée quelque part ? Il la garde juste à la maison. Ils ont été photographiés au monastère de Pochayiv en 2009 parce qu'à cette époque, au niveau de l'État, il y avait une réunion du patriarche Kirill sur notre terre ukrainienne", a déclaré Serhiy Halushko.

Les journalistes ont également demandé d'expliquer la présence du ruban de Saint-Georges, interdit en Ukraine, au domicile de Joasaph, selon les recherches du SBU. Le métropolite a seulement dit que son père avait servi dans l'armée soviétique et avait traversé la guerre avec un tel ruban.

Dans le communiqué de presse du SBU, il est dit que Joasaph est soupçonné de diffuser des opinions pro-Kremlin et de coordonner ses actions avec le patriarche Kirill. Cependant, l'article de l'acte d'accusation fait référence à une "violation de l'égalité des citoyens fondée sur leurs croyances religieuses". Aurait-il pu dire quelque chose sur l'autocéphalie de l'OCU qui aurait conduit à une telle violation de l'égalité des citoyens ? "Vous avez répondu à votre question. Oui, je l'ai fait", a répondu Joasaph.

Littérature pro-russe

Quant aux livres saisis chez l'ecclésiastique lors des perquisitions, l'avocat a nié qu'ils soient d'auteurs russes et fabriqués dans la Fédération de Russie, affirmant qu'ils ont été imprimés à Kropyvnytskyi, qu'il s'agit de brochures de représentants grecs de l’Église et qu'ils n'ont rien de dramatique.

Les photos distribuées après les perquisitions au domicile du prêtre montrent le livre "La question ukrainienne contemporaine" du métropolite chypriote Nikiforos, un ecclésiastique qui s'est opposé à l'octroi de l'autocéphalie à l'Église orthodoxe d'Ukraine et a soutenu la Russie. Une autre publication, "La question de l’Église ukrainienne", de l'évêque grec Seraphim, justifie entre autres l'agression russe et l'annexion de la Crimée. Joasaph a également conservé des livres d'Andriy Novikov, ancien secrétaire du diocèse d'Odessa de l'UOC, qui a fui en Russie en 2014 et soutient désormais l'agression russe.

L'ancien chef du diocèse de Kirovohrad a également conservé la publication "Anarchie et redistribution en Ukraine", rédigée par Valentin Katasonov, un économiste russe associé à la Fondation stratégique pour la culture, qui est dirigée secrètement par l'État russe et identifiée par le département d'État américain comme une source d'écrits conspirationnistes et de désinformation.

Tout en conservant une telle littérature pro-russe, le métropolite Joasaph a insisté sur le fait qu'il ne soutient pas l'agression de la Russie et l'a prouvé par ses actions.

Après avoir examiné la requête du procureur et de l'avocat de la défense, la juge Kateryna Yurieva a décidé d'imposer au suspect une contrainte préalable au procès sous la forme d'une assignation à résidence de nuit, c'est-à-dire de 22 heures à 6 heures (à Kropyvnytskyi, le couvre-feu est en vigueur de 23 heures à 5 heures). Joasaph doit également se rendre au bureau des enquêteurs et remettre ses passeports aux services d'immigration. Après avoir entendu la décision du juge, l'évêque Joasaph s'est signé, a remercié le juge et a souhaité bonne santé à toutes les personnes présentes. L'avocat a indiqué qu'ils ne feraient pas appel de la mesure préventive. Le procureur a dit qu'il établirait sa position après avoir lu le texte complet de la décision.


Ce reportage fait partie d’une couverture de la justice sur les crimes de guerre réalisée en partenariat avec des journalistes ukrainiens. Une première version de cet article a été publiée sur le site d’information « Gre4ka ».