13.05.04 - TPIR/MUNYAKAZI - YUSSUF MUNYAKAZI PLAIDE NON COUPABLE

Arusha, 12 mai 2004(FH)- L’ex- chef milicien Yussuf Munyakazi, arrêté la semaine dernière en République démocratique du Congo (RDC) a plaidé non coupable lors de sa comparution initiale mercredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a constaté l’agence Hirondelle.

Devant le juge russe Serguei Egorov de la première chambre de première instance, l’accusé, vêtu d'un costume bleu, le visage émacié, a rejeté les trois chefs d’accusation portés contre lui : génocide, ou alternativement complicité dans le génocide, et extermination (entendu comme crime contre l'humanité).

1 min 30Temps de lecture approximatif

« Je n’ai tué personne, tout cela n’est que pure invention », a indiqué Munyakazi s’exprimant dans un mélange de swahili congolais et de kinyarwanda (sa langue maternelle).

Ancien chef milicien à Cyangugu (sud- ouest), cet ex-grand propriétaire foncier aurait participé le 29 avril 1994 au massacre de milliers de Tutsis à la paroisse de Shangi (Cyangugu), selon l’acte d’accusation lu mercredi à l’accusé.

A la paroisse de Mibilizi, dans la même province, plusieurs autres milliers de Tutsis auraient été tués sur ses ordres le même jour.

En mai 1994, il aurait dirigé des attaques meurtrières sur les collines de Bisesero dans la préfecture de Kibuye (ouest) où ont été tués plus de 25.000 Tutsis qui y avaient trouvé refuge.

« Ce sont des mensonges, lorsque j’aurais l’occasion de plaider, je m’expliquerai en long et en large », a déclaré Munyakazi. Il était assisté pour cette comparution initiale par un avocat de permanence tanzanien, Me Cecil John Maruma.

Munyakazi, 69 ans (68, selon l’accusé), a été arrêté dans la ville de Tshikapa au Kasaï occicidental le 5 mai dernier. Il a été transféré au centre de détention du TPIR vendredi passé. Recherché par le TPIR depuis plusieurs années, il vivait sous un nom d'emprunt, se faisant passer pour un imam.

Il figurait par ailleurs sur une liste de suspects pour lesquels le gouvernement américain avait offert jusqu'à cinq millions de dollars à quiconque donnerait des informations qui conduiraient à leur arrestation.

Le greffe fixera la date de l’ouverture du procès. Il s’agit de la seconde personne arrêtée cette année à la demande du TPIR après le colonel Ephrem Setako détenu aux Pays Bas depuis février dernier.

ER/AT/GF/FH(MK''0512 A)