12.02.10 - TPIR/KAREMERA - NZIRORERA ENTEND CITER AU MOINS SEPT AUTRES DETENUS DU TPIR

Arusha, 12 février 2010 (FH) - Un ancien politique rwandais en procès devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), Joseph Nzirorera, qui a déjà cité pour sa défense trois détenus de cette juridiction, compte encore en faire comparaître au moins sept, dont l'ex-directeur de cabinet au ministère de la Défense, le colonel Théoneste Bagosora, a-t-on appris vendredi auprès de ses avocats.
2 min 6Temps de lecture approximatif

« Plusieurs témoins de l'accusation ont prétendu que Nzirorera se trouvait (en 1994) avec un ou plusieurs de ces hommes à des endroits spécifiques », a expliqué à l'agence Hirondelle Peter Robinson, l'avocat principal de l'ancien dirigeant.

Condamné à la perpétuité en décembre 2008, Bagosora, qui avait été présenté par le procureur comme « le cerveau » du génocide perpétré contre les Tutsis en 1994, attend son procès en appel.

Les autres témoins seront notamment les lieutenants-colonels Anatole Nsengiyumva et Ephrem Setako, actuellement détenus, comme leur aîné Bagosora, au centre de détention du TPIR, à Arusha, en Tanzanie.

Jugé dans la même affaire que Bagosora, le lieutenant-colonel Nsengivumva, qui était commandant des opérations dans le secteur militaire de Gisenyi (nord), s'est également vu imposer la peine maximale et a fait appel. Pour sa part, Setako, qui était directeur des Affaires juridiques au ministère de la Défense, attend son jugement.

Côté civil, la liste comprend l'ex-ministre de l'Information, Eliézer Niyitegeka, l'ex-maire de Bicumbi (est), Laurent Semanza, l'ancien vice-président de la milice Interahamwe, Georges Rutaganda et Hassan Ngeze, l'ancien patron du journal extrémiste hutu Kangura. Tous les quatre sont des condamnés définitifs, emprisonnés au Mali ou au Bénin.

Secrétaire général du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND) pendant le génocide de 1994, Nzirorera a déjà fait venir 25 témoins à la barre, parmi lesquels l'ex-chef d'Etat-major de l'armée, le général Augustin Bizimungu en attente de verdict, l'ex-maire de Mukingo (nord), Juvénal Kajelijeli qui purge 45 ans de réclusion, et l'ex-préfet de Kigali rural, François Karera condamné à la perpétuité. Ce dernier n'a pas encore terminé sa déposition.

Me Robinson, qui compte clore sa défense en juin prochain, entend encore citer une trentaine de témoins en tout, avant de céder la place aux défenseurs de l'ex-président du MRND, Mathieu Ngirumpatse.

Le troisième accusé dans ce procès groupé est l'ancien vice-président du parti, Edouard Karemera, qui a déjà bouclé le défilé de ses témoins.

 Accusés de crimes de génocide et de crimes contre l'humanité, les trois hommes clament leur innocence.

ER/GF

© Agence Hirondelle