25.10.10 - TPIR/NGIRABATWARE - NGIRABATWARE VEUT CITER QUATRE FOIS PLUS DE TEMOINS QUE LA POURSUITE

Arusha, 25 octobre 2010 (FH) - La défense de l'ancien ministre du Plan, Augustin Ngirabatware, a annoncé lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) qu'elle entendait citer 95 témoins contre les 20 qu'a fait défiler la partie adverse.
1 min 6Temps de lecture approximatif

Lors d'une « conférence préalable à la défense », l'un des avocats de l'ex-ministre, la Canadienne Mylène Dimitri a expliqué ce nombre par la diversité des faits portés contre son client.

Selon le calendrier de la chambre, ce gendre du richissime homme d'affaires Félicien Kabuga - l'accusé le plus recherché par le TPIR- citera son premier témoin le 15 novembre.

Sur le banc du procureur, c'est le Tanzanien Wallace Kapaya qui s'est élevé pour exiger la réduction de ce nombre « excessif ».

La chambre présidée par le juge tanzanien William Hussein Sekule a promis de rendre une décision sur la question.

Inculpé de crimes de génocide et de crimes contre l'humanité, l'ancien dignitaire, qui clame son innocence, est notamment accusé d'avoir incité aux massacres de Tutsis à Nyamyumba (nord), sa commune natale.

Docteur en économie de l'Université de Fribourg (Suisse), il a été, dans son pays, enseignant à l'Université Nationale du Rwanda (1986-1994), puis ministre du Plan (1990-1994).

Après son départ en exil en juillet 1994, il a travaillé dans différents instituts de recherche au Gabon et en France. Arrêté en Allemagne le 17 septembre 2007, l'ex-ministre se trouve entre les mains du TPIR depuis le 08 octobre 2008.

ER/GF

© Agence Hirondelle