24.01.11 - TPIR/NDAHIMANA - UNE SURVIVANTE DU GENOCIDE DEFEND SON ANCIEN MAIRE NDAHIMANA

Arusha, 24 janvier 2011 (FH) - Une survivante du génocide des Tutsis a affirmé lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) que son ancien maire, Grégoire Ndahimana, ne se trouvait pas à l'église de Nyange lorsque cette dernière fut attaquée à la mi-avril 1994.
1 min 38Temps de lecture approximatif

L'église catholique de Nyange est située dans l'ancienne commune de Kivumu (ouest) que dirigeait l'accusé, poursuivi devant le TPIR pour crimes de génocide et crimes contre l'humanité.

« Je n'ai pas vu Ndahimana durant l'attaque » du 15 avril 1994, a déclaré la dame, désignée pour son témoignage, par le nom de code ND-7.

Elle a affirmé que l'ancien responsable n'était pas non plus présent la journée suivante lorsque l'édifice religieux fut démoli par un bulldozer, ensevelissant quelque 2.000 Tutsis qui y avaient cherché refuge.

La chambre a dû interrompre l'audition pendant une dizaine de minutes lorsque le témoin a fondu en larmes, à l'évocation de son calvaire durant l'attaque.

L'émotion passée, elle a indiqué n'avoir vu l'accusé que le 17 avril. Selon la déposition, Ndahimana a alors conduit le témoin et une vingtaine d'autres survivants blessés au centre de santé le plus proche.

En contre-interrogeant Mme ND-7, Segun Jegede du bureau du procureur, lui a demandé comment elle aurait pu voir ce qui se passait à l'extérieur de l'église alors qu'elle était cachée. « Il y avait une fenêtre, nous pouvions nous lever et observer ce qui se passait », a-t-elle répondu.

Défendant une nouvelle fois son ancien maire, elle a affirmé que les attaques avaient été dirigées par d'autres personnalités influentes de l'endroit , parmi lesquelles  l'inspecteur de police judiciaire  Fulgence Kayishema, encore recherché par le TPIR, et l'abbé Athanase Seromba, condamné à la prison à vie pour le massacre de Nyange.

Le procès se poursuit mardi.

Né en 1952, Ndahimana a été arrêté le 10 août 2009 dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Il a été transféré au centre de détention des Nations Unies à Arusha 11 jours plus tard.

FK/ER/GF

© Agence Hirondelle