Côte d’Ivoire : Plaidoyer pour la prise en charge des femmes violées lors de la crise de 2010-2011

Côte d’Ivoire : Plaidoyer pour la prise en charge des femmes violées lors de la crise de 2010-2011©@Murielle EdouaFanta Doumbia
0 min 45Temps de lecture approximatif

 Parmi les crimes perpétrés lors des violences post-électorales de 2010-2011 en Côte d’Ivoire, figurent des viols. Des crimes dont on ne parle pas souvent, des crimes que même certaines victimes n’osent pas dénoncer dans la société ivoirienne. L’Organisation des femmes actives de Côte-d’Ivoire (OFACI) a recensé au moins 71 cas de viols commis durant cette période.

 

A l’heure du débat sur la réparation, la présidente de l’OFACI, Fanta Doumbia, suggère d’abord une prise en charge psychologique et médicale des victimes avant leur indemnisation. Fanta Doumbia est interrogée par Murielle Edoua….

La crise post-électorale de 2010-2011 est née du refus du président sortant de l’époque, Laurent Ggagbo, de reconnaître la victoire de son adversaire, l’actuel chef de l’Etat Alassane Ouattara. Accusé de crimes contre l’humanité (viols, notamment), Gbagbo est actuellement en procès, avec son ancien ministre des Sports, Charles Blé Goudé, devant la Cour pénale internationale (CPI). Des Ongs internationales affirment cependant que le camp Ouattara s’est aussi rendu coupable de crimes internationaux au cours de cette même période.