17.02.2004 - TPIR/MILITAIRES I - LE GENERAL KABILIGI NE HAISSAIT PAS LES TUTSIS, SELON SON AVOCAT

Arusha, le 17 février 2004 (FH) - l'avocat du général de brigade Gratien Kabiligi, a plaidé que son client ne haïssait pas les Tutsis, mardi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le général Kabiligi était responsable des opérations militaires à l'Etat-major de l'armée rwandaise en 1994.

1 min 30Temps de lecture approximatif

Il est coaccusé de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité avec trois autres officiers.

l'avocat franco-togolais de Kabiligi, Me Jean Yaovi Degli, a soutenu que l'accusé n'a jamais manifesté de haine ethnique, avant et durant le génocide anti-tutsi de 1994, contrairement aux allégations du quarante troisième témoin à charge.

Dénommé "DY" pour des raisons de sécurité, le témoin avait affirmé que Kabiligi, dont il assurait l'escorte en 1994, avait " félicité" un officier pour avoir assassiné une dizaine de Tutsis, dont un sous lieutenant dans l'armée gouvernementale.

Me Degli a indiqué que Kabiligi " n'avait jamais inquiété " ni ses chauffeurs, ni le témoin lui-même, qui étaient tous des Tutsis. Ces derniers sont restés sous ses ordres entre avril et juillet 1994, a souligné l'avocat.

Me Degli a par ailleurs plaidé que ledit sous-lieutenant avait été assassiné le 11 avril 1994 par des miliciens Interahamwe. "A ce moment-là, le général Kabiligi n'était même pas au Rwanda", a souligné Me Degli. Le général Kabiligi se trouvait en mission officielle en Egypte au moment du déclenchement du génocide.

"Je vous suggère, Monsieur le témoin, que les événements que vous avez relatés devant la chambre n'ont jamais existé et ne relèvent que de votre propre imagination", a déclaré Me Degli.

Kabiligi est co-accusé avec l'ancien directeur de cabinet au ministère de la défense, le colonel Théoneste Bagosora, l'ancien commandant de la région militaire de Gisenyi (ouest du Rwanda), le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva, ainsi que l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kanombe (Kigali), le major Aloys Ntabakuze. Tous plaident non coupable.

Commencé le 2 avril 2002, ce procès dit " Militaires I" se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par le juge norvégien Erik Mose, assisté des juges russe Serguei Egorov et fidjien Jai Ram Reddy. Le témoin suivant a commencé sa déposition mardi après-midi.

GA/AT/GF/FH (Ml''0217A)