Le président démissionnaire du Kosovo Thaçi placé en détention à La Haye (Tribunal spécial)

1 min 7Temps de lecture approximatif

Hashim Thaçi, qui a démissionné jeudi de la présidence du Kosovo pour faire face à son inculpation par le tribunal spécial de la Haye sur les crimes de guerre durant le conflit contre les forces serbes, a été placé en détention, a indiqué le tribunal.

L’ancien chef politique de la rébellion indépendantiste kosovare (UCK) et trois autres suspects « ont été transférés au centre de détention » du tribunal dans la ville néerlandaise, a ajouté cette instance internationale dans un communiqué.

M. Thaci, 52 ans, avait démissionné jeudi de son poste de président pour faire face à son inculpation par le tribunal spécial de la Haye sur les crimes de guerre durant le conflit contre les forces serbes.

Il avait expliqué vouloir ainsi protéger « l’intégrité de la fonction de président et du Kosovo », après la validation par un juge de sa mise en accusation pour des chefs découlant de cette guerre à la fin des années 1990.

Trois autre suspects ont aussi été transférés à La Haye, a indiqué le tribunal: l’ex porte-parole de la guerilla kosovare Jakup Krasnigi, un des plus proches alliés politiques de M. Thaci, Kadri Veseli, ex-patron du renseignement de la guérilla, ainsi qu’une des figures marquantes de l’UCK, Rexhep Selimi.

Les quatre hommes sont soupçonnés d’être responsables de près de cent meurtres, de disparitions forcées, de persécutions et de tortures, tous actes commis entre mars 1998 et septembre 1999

M. Thaçi proclame depuis toujours son innocence dans le conflit de 1998-99 et accuse la justice internationale de « réécrire l’Histoire ».

Le tribunal a indiqué qu’il annoncerait ultérieurement à quelle date les inculpés comparaîtraient pour la première fois.