02.12.2003 - TPIR/GOUVERNEMENT II - MUGENZI AURAIT BASCULE DANS LA HAINE ANTI-TUTSIE EN 1993, SELON

Arusha 2 décembre 2003 (FH) - l'ancien ministre du commerce sous le gouvernement intérimaire, Justin Mugenzi, poursuivi pour génocide et crimes contre l'humanité devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) aurait basculé dans la haine anti- tusie en 1993, selon un témoin à charge entendu mardi.

Justin Mugenzi est co-accusé avec les anciens ministres de la santé, Casimir Bizimungu, des affaires étrangères, Jérôme Bicamumpaka et de la fonction publique, Prosper Mugiraneza.

1 min 32Temps de lecture approximatif

Dénommé "FW" pour préserver son anonymat, le quatrième témoin de l'accusation est un rescapé tutsi qui habitait à Kigali en 1993. Il a affirmé, que sans être membre D'aucun parti politique, il assistait régulièrement aux meetings du Parti libéral (PL) dont Justin Mugenzi était président.

Lors D'un meeting en 1993 à Nyamirambo, dans la ville de Kigali, l'accusé aurait assimilé les Tutsis aux combattants Inkotanyi du Front patriotique rwandais (FPR) alors en guerre contre le gouvernement, selon le témoignage de FW.

"Ma réaction a été de quitter le rassemblement. Deux amis, Tutsis comme moi, m'ont suivi", a rapporté le témoin. Justin Mugenzi avait jusque-là tenu un discours unificateur, a dit le témoin.

Deux jours plus tard, le témoin et ses deux amis seraient alors allés voir Mugenzi au siège du PL pour lui demander "pourquoi il avait insulté les Tutsis de son parti". "Sortez, allez rejoindre vos frères Inyenzi [littéralement cancrelats], ou J'appelle des gendarmes" leur aurait lancé Mugenzi en guise de réponse.

FW a expliqué que dans le contexte politique de l'époque, le terme "Inyenzi" désignait les rebelles du FPR et leurs complices. "Mugenzi était furieux et ses yeux avaient viré au rouge comme ceux D'un lion", a indiqué le témoin, qui s'exprimait en kinyarwanda.

Mugenzi et ses coaccusés répondent chacun de six chefs D'accusation de génocide et de crimes contre lhumanité. Ils plaident non coupable.

Casimir Bizimungu a été arrêté le 11 février 1999 au Kenya, les trois autres le 6 avril de la même année au Cameroun.

Appelé souvent "Gouvernement II", ce procès se déroule devant la deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge Asoka de Zoysa Gunawardana (Sri Lanka) assisté des juges Khalida Rashid Khan (Pakistan) et Lee Gacuiga Muthoga (Kenya.)

La déposition de FW se poursuit mercredi.

ER/AT/GF/FH (GVII'12O2A)