01.09.2003 - TPIR/NDINDABAHIZI - LE PROCUREUR DEVRAIT CITER TOUS SES TEMOINS EN UN MOIS

Arusha, le 1er septembre 2003 (FH) - Le procureur dans le procès de l'ancien ministre des finances sous le gouvernement intérimaire, Emmanuel Ndindabahizi, devrait citer tous ses témoins en l'espace D'un mois, a-t-on appris lundi au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

"En me fondant sur les prévisions que le procureur sera en mesure de citer quatre témoins chaque semaine, J'ai l'espoir qu'il aura terminé la présentation de ses moyens de preuve en l'espace de quatre semaines à partir D'aujourD'hui", a déclaré le responsable de l'équipe de la poursuite dans cette affaire ouverte lundi après-midi.

1 min 23Temps de lecture approximatif

Le représentant du procureur, le Nigérian Charles Adeogun-Phillips, a indiqué qu'il citera dix-sept témoins protégés, un expert ainsi qu'un enquêteur.

l'enquêteur avait déjà terminé son témoignage lundi soir tandis que le premier témoin protégé était au milieu de sa déposition. Il la poursuivra mardi.

l'expert du parquet dans cette affaire sera l'historienne américaine et activiste des droits de l'homme Alison Des Forges, qui a déjà été entendue dans plusieurs affaires au TPIR à la demande du parquet. Elle devrait notamment parler du caractère systématique et organisé des massacres perpétrés au Rwanda en 1994, ainsi que du rôle du gouvernement intérimaire.

Emmanuel Ndindabahizi, 53 ans, répond de trois chefs de génocide et de crimes contre l'humanité portant sur des massacres de Tutsis dans sa préfecture D'origine de Kibuye (ouest du Rwanda). Il plaide non coupable.

Emmanuel Ndindabahizi est représenté par les avocats français Me Pascal Besnier et Me Guillaume Marçais.
l'équipe de l'accusation, quant à elle, comporte outre Charles Adeogun-Phillips, le Tanzanien Wallace Kapaya.

Si le procureur parvient à tenir son pari, ce sera le second procès dans lequel tous les témoins à charge auront été cités en mois, après celui de l'ancien maire Sylvestre Gacumbitsi.

Le procès Ndindabahizi se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par le juge norvégien Erik Mose, assisté de la Pakistanaise Khalida Rachid Khan et de l'Ougandaise Solomy Balungi Bossa.

AT/GF/FH (NB'0901B)