01.08.2003 - TPIR/GACUMBITSI - UN DEMARRAGE RAPIDE DU PROCES GACUMBITSI

Arusha 1er août 2003 (FH) - Avec quatre témoins en quatre jours, le procès de l'ex- maire de Rusumo (province Kibungo, est du Rwanda), Sylvestre Gacumbitsi, poursuivi pour génocide et crimes contre l'humanité, a démarré à bonne allure.

Le ton a été donné dès l'ouverture du procès lundi avec le rejet D'une requête de la défense qui demandait un report D'un mois.

1 min 35Temps de lecture approximatif

l'avocat principal de Sylvestre Gacumbitsi, le Camerounais Me Kouengoua, expliquait notamment que son équipe n'avait pas eu assez de moyens humains et financiers pour mener des enquêtes préalables au procès.

Ses arguments n'ont pas convaincu la chambre qui, après une heure de délibération, a décidé de mettre le train en marche. Conférence de mise en état, déclaration liminaire du procureur et interrogatoire principal du premier témoin à charge, la première journée a été bien remplie.

Le lendemain, alors que le contre-interrogatoire traînait en longueur, la présidente de la chambre, la juge sénégalaise Andrésia Vaz, s'est montrée ferme. "Il vous faut terminer votre contre-interrogatoire avec la fin de la matinée. Nous ne voulons pas y revenir après midi , a-t-elle ordonné.

La juge Vaz a tenu à faire respecter sa décision. " Nous vous avons accordé trois heures et trente minutes contre une heure quarante cinq minutes pour le procureur. Donc, vous arrivez au terme de votre contre- interrogatoire", a déclaré la juge présidente, à l'expiration du délai. l'avocat s'est immédiatement exécuté.

Jeudi après-midi, c'est l'accusation qui a appuyé sur l'accélérateur en renonçant à citer trois de ses témoins. Le parquet n'estime plus nécessaire de les faire comparaître, a alors expliqué le substitut ougandais du procureur Richard Karegyesa.

Sur la liste initiale de 22 témoins à charge, il n'en reste donc plus que seize à faire comparaître.

Si la chambre maintient ce rythme, l'audition de ces témoins restants pourrait s'achever autour du 23 août, date prévue pour la clôture de cette session.

Sylvestre Gacumbitsi, 56 ans, répond de cinq chefs D'accusation portant sur des massacres de Tutsis et des viols commis en avril 1994, à différents endroits de sa commune.

Le procès se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR comprenant outre la juge Vaz, les juges fidjien Jai Ram Reddy et russe Serguei Aleckseievich Egorov. Les débats se poursuivent lundi prochain.

ER/AT/GF/FH(GA'0801A)