09.07.2003 - TPIR/MILITAIRES I - NSENGIYUMVA AURAIT DIRIGE DES ATTAQUES CONTRE UNE EGLISE A GISENYI

Arusha, le 9 juillet 2003 (FH) - Un témoin à charge a affirmé mardi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) que l'ancien commandant de la région militaire de Gisenyi (ouest du Rwanda), le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva, avait supervisé les massacres de Tutsis dans une église de cette région.

Le témoin protégé "XBG" a rapporté que durant le génocide de 1994, Nsengiyumva aurait conduit "près D'un millier" de miliciens armés à la paroisse de Busasamana, commune Rwerere, où des centaines de Tutsis avaient cherché refuge.

2 min 33Temps de lecture approximatif

Ancien membre du parti radical pro-Hutu CDR (Coalition pour la Défense de la République) et leader de la milice Interahamwe à Rwerere au moment des faits, XBG a été libéré de prison au Rwanda où il avait été incarcéré après avoir plaidé coupable de génocide. Cette libération est intervenue à la suite D'un décret présidentiel en janvier dernier.

Le témoin a confessé avoir participé aux attaques de Busasamana. "Nsengiyumva est arrivé à la paroisse en compagnie de Hassan Ngeze à bord D'un bus chargé D'Interahamwe", a-t-il allégué. Ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Ngeze est co-accusé avec deux autres personnalités dans le procès des "médias de la haine".

Peu avant le raid contre l'église, Nsengiyumva se serait adressé aux assaillants, les enjoignant de ne pas détruire cette "place sainte", selon XBG. Il a ajouté qu'à cette occasion, 180 personnes ont été tuées derrière la résidence des prêtres.

Nsengiyumva est co-accusé avec l'ancien directeur de cabinet au ministère de la défense, le colonel Théoneste Bagosora, l'ancien responsable des opérations militaires à l'Etat major de l'armée, le général de brigade Gratien Kabiligi, ainsi que l'ancien commandant du bataillon para-commando de Kanombe (Kigali), le major Aloys Ntabakuze.

XBG a déclaré que Nsengiyumva avait D'abord supervisé les entraînements des Interahamwe à Gisenyi pour se préparer à combattre " les Inyenzi (terme péjoratif désignant les ex-rebelles Tutsis) et leurs complices".

D'après le témoin, à la suite de l'assassinat du président Habyarimana le 6 avril 1994, deux lieutenants sont arrivés à Rwerere pour coordonner les attaques des milices contre les Tutsis. Ces officiers auraient été envoyés par Nsengiyumva.

Les incidents de Mudende
A un moment, le témoin a évoqué des événements qui se seraient déroulés à l'Université de Mudende, près de Gisenyi. l'avocat franco-martiniquais de Bagosora, Me Raphaël Constant, s'est vivement opposé à cette allusion, au motif que les faits mentionnés "ne font pas partie de l'acte D'accusation".

"Nous n'allons pas sillonner le Rwanda où des atrocités ont été commises qui ne sont pas contenues dans l'acte D'accusation", a-t-il fait remarquer. Le juge président a appuyé l'objection de la défense, rappelant à la représentante américaine du procureur, Barbara Mulvaney, que "toute preuve sans rapport avec les accusés est superflue".

Lors du contre-interrogatoire, le conseil kenyan de Nsengiyumva, Me Kennedy Ogetto a rejeté les allégations faites par XBG selon lesquelles le commandant de la gendarmerie à Gisenyi, le Capitaine Jabo, auraient distribué des armes, dont des fusils de type FAL et G3.

"Je vous suggère, Monsieur le témoin, que le commandant à cette époque était le major André Bizimana et non le capitaine Jabo".

Imperturbable, le témoin a maintenu ses propos, donnant une brève description du capitaine Jabo. "Il était petit et avait le teint clair. Il était à ce moment-là accompagné de Barayagwiza", a-t-il dit, faisant allusion à Jean-Bosco Barayagwiza, un ancien haut fonctionnaire co-accusé avec Ngeze dans le procès des médias. Barayagwiza est considéré par le parquet comme "l'idéologue" de la CDR.

Le procès des "Militaires I" se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR, présidée par le juge norvégien Erik Mose, assisté des juges russe Serguei Aleckseievich Egorov et fidjien Jai Ram Reddy.

Le contre-interrogatoire se poursuit mercredi.

GA/KN/CE/GF/FH (Ml'0709A)