24.06.2003 - TPIR/MILITAIRES I - UN TEMOIN A CHARGE AVOUE NE PAS RECONNAITRE UN ACCUSE

Arusha, le 24 juin 2003 (FH) - Un témoin du parquet a avoué ne pas reconnaître un des accusés lors de sa déposition dans le procès de quatre hauts gradés des ex-Forces armées rwandaises (ex-FAR) en cours devant le tribunal pénal pour le Rwanda (TPIR).

Désigné par les lettres "OAB" pour cacher son identité, le cinquième témoin du parquet n'a pas réussi à identifier l'ancien directeur de cabinet au ministère rwandais de la défense, le colonel Théoneste Bagosora.

1 min 54Temps de lecture approximatif

Principal accusé dans ce procès dit "Militaires I", Bagosora est considéré comme le "cerveau" du génocide rwandais. Le parquet allègue que dès le
déclenchement des massacres dans la nuit du 6 avril, "[il] s'est imposé comme l'homme de la situation à même de gérer la crise".

"Ce serait mentir si je vous disais que je peux reconnaître Bagosora", a répondu OAB au substitut américain du procureur, Barbara Mulvaney. Pourtant
à une question précédente, le témoin avait affirmé avoir vu l'accusé à Gisenyi (ouest du Rwanda), "à peu près cinq jours après la mort du président [Juvénal] Habyarimana".

A cette occasion, selon OAB, Bagosora se serait étonné de voir une femme tutsie vivante à Gisenyi, voulant savoir ce que faisaient les Interahamwe de cette ville. Cette affirmation a de nouveau surpris la chambre, car quelques instants plus tôt, le témoin venait D'affirmer "ne pas connaître grand-chose sur Bagosora".

Le juge président a dû intervenir à maintes reprises, exigeant du témoin D'éclaircir ses réponses. "Il est difficile de comprendre votre déposition, et c'est la quatrième fois que je vous le répète", a relevé le juge norvégien Erik Mose.

Bagosora est co-accusé avec l'ancien responsable des opérations militaires à l'Etat major de l'armée, le général de brigade Gratien Kabiligi, l'ancien commandant de la région militaire de Gisenyi, le lieutenant-colonel Anatole Nsengiyumva, ainsi que l'ancien commandant du bataillon paracommando de Kanombe (Kigali), le major Aloys Ntabakuze.

Tout comme le témoin OAF qui l'a précédé, OAB a également allégué que Nsengiyumva avait procédé à la distribution D'armes aux milices le 7 avril 1994, et qu'il avait été témoin de cette distribution.

Le procès des "Militaires I" se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR, où le juge Mose est assisté par les juges russe Serguei Aleckseievich Egorov et fidjien Jai Ram Reddy.

Les débats ont été interrompus juste après l'interrogatoire en chef de OAB. Les avocats de la défense ont soutenu qu'ils ne pouvaient procéder au contre-interrogatoire sans avoir préalablement rencontré leurs clients, le témoin ayant introduit "des faits nouveaux" au cours de sa déposition.

Le contre-interrogatoire D'OAB aura lieu mercredi. Le prochain témoin du parquet devrait arriver à Arusha jeudi dans l'après-midi, selon les prévisions du parquet.

GA/CE/GF/FH (Ml'0624A)