10.05.2003 - TPIR/MEDIA - LA DEFENSE CLOTURE LA PRESENTATION DE SES MOYENS DE PREUVE

Arusha, le 10 mai 2003 (FH) - Les équipes de la défense dans le procès des médias ont clôturé vendredi la présentation de leurs moyens de preuve, devant le tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR).

Le procès, qui a débuté en octobre 2000, regroupe trois Rwandais accusés D'avoir utilisé les médias pour inciter au génocide et propager une idéologie anti-tutsie au Rwanda en 1994.

1 min 46Temps de lecture approximatif

Les trois accusés sont : Ferdinand Nahimana, promoteur allégué de la Radio-télévision libre des Milles collines (RTLM), Jean-Bosco Barayagwiza, membre du comité D'initiative de cette radio, ainsi que l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze. Ils plaident non coupables.

Hassan Ngeze a demandé, sans succès, à la chambre de lui accorder trois heures pour répondre aux témoins en réplique que pourrait présenter le parquet. Il s'est également plaint que le Tribunal ait ignoré sa demande de présentation du témoin AER, soeur D'un précédent témoin du parquet dénommé AES.

Ngeze désirait en outre citer quelques-uns des militaires détenus par le TPIR, ce qui lui a également été refusé. Selon lui, ce refus est motivé par le fait que ces témoins potentiels auraient peur que des informations qu'ils auraient pu donner soient utilisées contre eux.

Pour sa part, la défense voulait présenter une déclaration sous serment D'un dénommé Jean-Marie Vianney Ndagijimana. Cette requête a été rejetée en raison de sa "non pertinence, car elle aurait dû être produite dans le cours du procès”.

Avant de se retirer, la chambre a demandé que toutes les requêtes à présenter le soient sous forme écrite la semaine prochaine. Elle a également rappelé que, sauf changement, son ordonnance portant calendrier du 26 mars 2003 restait en vigueur.

Selon celle-ci, vendredi marque le dernier jour de la présentation des preuves, et les parties doivent présenter leurs plaidoiries finales en août de cette année. Le parquet devra présenter la sienne entre les 18 et 19 août, tandis que les trois jours suivant seront réservés aux trois équipes de défense.

Le 22 août marquera la clôture de la présentation des plaidoiries, avec celle de la défense de Barayagwiza. Le parquet y répondra le même jour.

Barayagwiza boycotte ce procès depuis le début, arguant que le Tribunal est manipulé par le gouvernement rwandais.

Le procès des médias se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et composée de juges norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana.

CE/KN/GF/FH(ME’0510e)