05.05.2003 - TPIR/MEDIAS - LE PROCES A DES MEDIAS A REPRIS AVEC LA DEPOSITION DU DR STRIZEK

Arusha, le5 mai 2003(FH) - Le procès de trois Rwandais poursuivis pour utilisation des médias à des fins de génocide a repris lundi après-midi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) avec la déposition D'un expert en sciences politiques, l'Allemand Helmut Strizek.

Le Dr Strizek a été cité par la défense du promoteur allégué de la Radio-télévision libre de Millle collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, un des coaccusés.

1 min 43Temps de lecture approximatif

Le procès avait été suspendu le 11 avril dernier. Le Dr Strizek a étudié les sciences politiques, le français et l'histoire à Paris, Bonn et Aix-La Chapelle. Il a notamment rédigé une thèse de doctorat intitulée "Le Rwanda et le Burundi. De l'indépendance à la destruction des Etats. Une étude sur une démocratie échouée dans les pays de l'Afrique interlacustre".

Le Dr Strizek a travaillé au Rwanda de 1980 à 1983 comme conseiller économique auprès de la Commission de l'ancienne Communauté Européenne. De retour en Allemagne, il a été, entre autres, chargé du desk Rwanda au ministère chargé de la coopération.

Le parquet a D'abord contesté l'expertise du Dr Strizek, affirmant qu'il n'était qu'un "observateur très intéressé par la question rwandaise plutôt qu'un expert".

Déplorant que le débat sur l'expertise du témoin ait duré deux heures, alors qu'il aurait pu être ramené à dix minutes, la chambre a décidé que "le Dr Strizek remplit les conditions D'un expert" et que sa déposition est recevable.

l'avocate anglaise Me Diana Ellis, co-conseil de Ferdinand Nahimana, a demandé que l'expert témoigne au sujet de la situation politique du Rwanda jusqu'en 1994 en mettant l'accent sur la période qui a suivi l'accession du président Juvénal Habyarimana au pouvoir en juillet 1973, la détérioration de la situation dans le pays entre 1988 et 1994 ainsi que le rôle de l'armée.

l'expert Strizek avait dans un premier temps été rayé de la liste des experts par la chambre de première instance mais à la reprise des débats, son nom y figurait à nouveau.

Ferdinand Nahimana est coaccusé avec l'ancien directeur et rédacteur en chef de ka revue Kangura, Hassan Ngeze, ainsi qu'avec l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza.

Le procès des médias se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et comprenant en outre les juges norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana. Il a commencé en octobre 2000. Les plaidoiries ont été fixées en août.

AT/CE/GF/FH (ME'0505A)