25.04.2003 - TPIR/KAMUHANDA - LE PROCES KAMUHANDA REPREND LUNDI

Arusha, le 25 avril 2003 (FH) - Le procès de l'ancien ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Jean de Dieu Kamuhanda, reprend lundi 28 avril pour une session qui durera jusqu’au 22 mai.

L’ancien ministre est jugé par la deuxième chambre de première instance du tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

1 min 13Temps de lecture approximatif

Kamuhanda répond de huit chefs D'accusation de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Le parquet l'accuse D'avoir personnellement dirigé des attaques perpétrées par des soldats et des milices Interahamwe contre des civils tutsis qui avaient cherché refuge à la paroisse protestante de Gikomero (province de Kigali, centre du Rwanda) ainsi que dans l'école attenante.

Au cours de la dernière session, qui a duré du 13 janvier au 19 février 2003, la défense a cité vingt-trois témoins.

Elle compte, à la reprise du procès, faire comparaître ses cinq derniers témoins dont un expert dénommé Nkiko Nsengimana.

Trente témoins ont déposé à ce jour pour la défense de Kamuhanda. L’accusé est défendu deux avocates africaines : la Guinéenne Aïcha Condé et la Congolaise Patricia Mongo.

Le parquet est représenté par l'Irlandais Marks Moore. L’accusation a terminé la présentation de ses moyens de preuve le 14 mai 2002, après avoir cité vingt-huit témoins.

L’ex-ministre a été arrêté le 26 novembre 1999 en France et transféré au centre de détention du TPIR le 7 mars 2000. Son procès a débuté sur le fond le 17 avril 2001.

La deuxième chambre est présidée par le juge tanzanien William Hussein Sekule et comprend par ailleurs la juge malgache Arlette Ramaroson et Winston Churchill Mantanzima Maqutu du Lesotho.

Cette chambre alterne le procès Kamuhanda avec celui de l’ex-maire de Mukingo Juvénal Kajelijeli et celui des six accusés du groupe de Butare (sud du Rwanda).

ER/CE/GF/FH (KH'0425A)