07.04.2003 - TPIR/MEDIAS - HASSAN NGEZE NIE l'ENTENTE AVEC FERDINAND NAHIMANA

Arusha 7 avril 2003 (FH) - l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, a nié s'être entendu avec un de ses coaccusés, le professeur Ferdinand Nahimana, lundi dans le procès des "médias de la haine" en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Hassan Ngeze, qui témoigne pour sa propre cause depuis le 24 mars dernier, était interrogé par l'avocate anglaise Me Diana Ellis, co-conseil de Ferdinand Nahimana.

1 min 51Temps de lecture approximatif

Promoteur allégué de la Radio-télévision libre des Mille collines qui a incité au génocide anti-tutsi et aux massacres D'opposants qui ont fait un million de morts au Rwanda en 1994, Ferdinand Nahimana est coaccusé avec Hassan Ngeze et un autre responsable présumé de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza.

Le procureur les accuse notamment D'entente en vue de commettre le génocide et D'incitation directe et publique à commettre le génocide. Ils plaident non coupables.

Hassan Ngeze a déclaré qu'il en voulait à Ferdinand Nahimana qui lui avait interdit de faire la publicité de son journal dans les médias D'Etat.

Ferdinand Nahimana a dirigé l'Office rwandais D'information (ORINFOR), qui gérait les médias officiels, entre la fin 1990 et début 1992. "Ferdinand Nahimana a refusé de faire la publicité de Kangura. Puis il a instruit son personnel de m'interdire tout accès à l'ORINFOR", a déclaré Ngeze.

Hassan Ngeze a ajouté que, durant la même période, Ferdinand Nahimana s'est opposé, au nom du gouvernement, à son projet de radio,"Radio du peuple".

Hassan Ngeze a en outre affirmé que Ferdinand Nahimana n'a joué aucun rôle dans la création de Kangura, comme l'allègue le procureur. "Je ne le connaissais même pas" à la création de Kangura en mai 1990, a souligné Ngeze. "C'est mon journal. Ca n'intéressait personne", a-t-il indiqué.

Hassan Ngeze, 46 ans, a déclaré que, pendant sa jeunesse, il a essentiellement vécu dans l'ex-Zaïre où il faisait ses études. Il a regagné le Rwanda en 1976, a-t-il dit.

Hassan Ngeze a indiqué qu'il n'est ni de la même génération que Ferdinand Nahimana, "qui est de huit ou neuf ans son aîné" ni de même statut social. l'ancien journaliste, qui s'est souvent décrit comme "un enfant de la rue", a ajouté qu'il n'avait jamais résidé dans la même ville que Ferdinand Nahimana.

Hassan Ngeze a par le passé nié s'être également entendu avec Jean-Bosco Barayagwiza.

Barayagwiza boycotte ce procès depuis pon ouverture sur le fond en octobre 2000, alléguant que le TPIR est manipulé par le gouvernement rwandais.

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée par la juge sud-africaine Navanethem Pillay et comprenant en outre les juges norvégien Erik Mose et sri-lankais Asoka de Zoysa Gunawardana. La déposition de Ngeze se poursuit mardi.

AT/GF/FH (ME'0407A)