06.03.2003 - TPIR/BUTARE - LE PROCES BUTARE AJOURNE A LUNDI

Arusha, le 6 mars 2003 (FH) - Le procès Butare en cours devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda a été ajourné jeudi matin à lundi, le témoin à charge devant déposer ne se sentant pas bien.

Le procès du groupe Butare concerne Pauline Nyiramnasuhuko, ancienne ministre de la famille et de la promotion féminine, son fils Arsène Shalom Ntahobari, les anciens préfets de Butare Sylvain Nsabimana et Alphonse teziryayo, et les anciens maires Joseph Kanyabashi et Elie Ndayambaje.

1 min 15Temps de lecture approximatif

Tous sont accusés D'avoir organisé des massacres de Tutsis dans la province de Butare (sud du Rwanda) lors du génocide de 1994.

l'ajournement a été prononcé alors que le vingtième témoin à charge, surnommée SS pour préserver son anonymat, devait être contre-interrogée par le conseil de Nsabimana, le Camerounais Charles Tchakounte Patie du Cameroun.

SS dépose depuis lundi. Elle a fait savoir qu'elle n'était pas en mesure de venir à la barre jeudi matin.

Au cours du contre-interrogatoire de SS mené mercredi par Nicole Bergevin, le conseil de Nyiramasuhuko, le témoin est apparue tendue. A un moment, elle a dit à Me Bergevin : “De temps en temps, J'ai l'impression que vous me faites tourner la tête.”

Pendant les deux jours qu'a duré le contre-interrogatoire de SS par Me Bergevin, le témoin a souvent été mis au défi D'expliquer les contradictions entre son témoignage devant la chambre et sa déclaration écrite aux enquêteurs du TPIR du 20 novembre 1996.

Le juge-président, le Tanzanien William Sekule, a également dû rappeler plusieurs fois au témoin de répondre aux questions qui lui étaient posées. "Messieurs les traducteurs, pourriez-vous dire au témoin que la question posée est valable, qu'elle doit l'écouter attentivement et y répondre," a demandé le juge.

La deuxième chambre comprend, outre le juge Sekule, les juges malgache Arlette Ramaroson et Winston Churchill Matanzima Maqutu du Lesotho.
CE/SV/GF/FH (BU'0306A)