28.02.2003 - TPIR/BUTARE - LE PROCES AJOURNE POUR CAUSE DE MALADIE D'UN TEMOIN

Arusha, le 28 février 2003 (FH) - Le procès de six Rwandais accuses de génocide dans la province de Butare (sud du Rwanda) a été brièvement ajourné vendredi devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda, suite à la maladie du dix-neuvième témoin à charge.

RE, qui devait clôturer sa déposition Vendredi, a informé la chambre, en début de session, qu'elle ne se sentait pas bien.

1 min 14Temps de lecture approximatif

"Je ne me sens pas en état
de répondre aux questions ce matin," a-t-elle déclaré. RE dépose depuis lundi.

RE devait être contre-interrogée par le conseil de Kanyabashi, le Canadien Michel Marchand.

Le juge Sekule, présidant la deuxième chambre, a donc prononcé l'ajournement jusqu'à lundi matin. Me Marchand pourra alors contre-interroger RE, qui
conclura ensuite sa déposition avec le ré-interrogatoire par le substitut du procureur, le Nigériane Adesola Adeboyejo.

Adeboyejo a également demandé à la cour une modification de l'ordre D'apparition des prochains témoins à charge.

Elle a expliqué que le témoin dénommé FAP, qui devait prendre la suite de RE, était également malade et a demandé à ce qu'il soit remplacé par un
autre témoin, surnommé RJ. La Chambre lui a donné une suite favorable à cette demande.

Le procès Butare regroupe l'ancien ministre de la famille et de la promotion féminine Pauline Nyiramasuhuko, son fils Arsène Shalom Ntahobali, les
anciens préfets de Butare Sylvain Nsabimana et Alphonse Nteziryayo ainsi que l'ex-maire de Ngoma, Joseph Kanyabashi, et celui de Muganza, Elie
Ndayambaje. Les co-accusés, suspectés D'avoir perpétré le génocide dans la province de Butare (sud du Rwanda), plaident non-coupables.

Le procès Butare se déroule devant la deuxième chambre de première instance du TPIR présidée par le juge tanzanien William Hussein Sekule et comprenant en outre les juges malgache Arlette Ramaroson et Winston Churchill Matanzima Maqutu du Lesotho.

CE/PJ/FH (BT-0228A)